3 mars 2012

Visite chez Catherine et Philippe Delesvaux

En ce samedi matin, RDV « traditionnel » pour un voyage ligérien réussi chez Philippe Delesvaux à la Haie Longue, sur la corniche angevine. Nous sommes reçus par Catherine et Philippe.
.
La visite débute par un rappel de la géographie des lieux, puis de la géologie, dans cette micro-région située aux confins de l'Anjou blanc et de l'Anjou noir. Philippe a coutume de le dire, c'est un véritable résumé de la géologie mondiale que l'on peut trouver ici, comme le montre la photo ci-dessus, témoin de la variabilité géologique du sous-sol :
.
(de haut en bas et de gauche à droite) cinérite dite pierre carrée, constituée de cendres volcaniques acides agglomérées, quartz et grès
.
Nous prenons ensuite la voiture de nos hôtes pour découvrir quelques lieux particuliers, sorte d'indispensable complément sur le patrimoine historico-culturel et humain avant la dégustation, bref une véritable humanité dont Catherine et Philippe nous ont gratifié. Merci beaucoup pour cette parenthèse intemporelle, qui fait que je me sens plus riche intellectuellement aujourd'hui. Juste deux illustrations
.
le chevalet - restauré - de la mine des Malécots à Ardenay (et son terril),
vestiges d'un passé révolu
.
l'un des moulins à vent d'Ardenay en cours de restauration
.
Ensuite, place à la dégustation en trois temps, rouges, blancs et sucres.
Commençons par les rouges 
Anjou rouge, Montée de l'Epine 2010 : un vin issu de 100 % de cabernet sauvignon. Concentration, richesse élégante, fruité réglissé (petits fruits rouges acidulés) et gourmandise. Magnifique de simplicité et de spontanéïté. Très Bien
Anjou rouge, le Roc 2011 (100 % cabernet franc) : un vin de demi-corps, frais, avec un léger perlant. A attendre de toute urgence. Bien+
.
Poursuivons par les blancs secs
Anjou blanc, Feuille d'Or 2008 : un nez tourbé, anisé et minéral. Belle bouche tendue, minérale, un toucher salivant. Très Bien
Anjou blanc, Authentique 2008 : même construction pour ce vin, avec toutefois un supplément de fraîcheur (menthol), de tension et de cristallinité. Belle corpulence sur un registre droit. Très Bien++
Anjou blanc, Feuille d'Or 2009 : un blanc sur un équilibre sec-tendre, présentant un joli gras bien équilibrée avec une minéralité salivante. Très Bien
Anjou blanc, Authentique 2009 : Joli volume, gras élégant, amertume noble, rôti salivant. Excellent
.
Terminons enfin par les sucres
Coteaux du Layon, les Clos 2010 : un nez frais, mentholé, tourbé et charbonné à l'aération. La bouche est clairement carbonifère, rôtie, bâtie sur une belle tension (acidité). Salinité très très salivante en finale. Excellent
SGN 2008 : Opulence mais équilibre, tension minérale et amertume noble sont les caractères principaux de ce vin. Une touche de sucre candy et de zan. Magnifiquement astringent, tout en noblesse. Excellent
SGN 2009 : un vin qui m'a paru plus capiteux en attaque, plus riche et plus long. Peut-être un manque d'élégance dans son état actuel. Très longue garde à prévoir, sur un modèle « 1997 ». Aujourd'hui Bien++. A terme, excellent et plus
SGN 2010 (sur cuve) : bien sûr, c'est un bébé, mais il se dégage de ce vin un fruité type ananas confit et une richesse digne des meilleurs Sauternes. Puissance en devenir et à dompter. Déjà bien salivant en finale. Très Bien++
SGN Anthology 2010 (sur cuve) : une cuvée rarement produite, uniquement sur les très grandes années. Nez de demi-sec graphité, de fruits exotiques confits et même de pâte de fruits. Le caramel au lait est également présent. Finale tendue. Sera nul doute magnifique dans 20 ans
SGN Anthology 1997 : le (très) grand frère du précédent. Rôti, amertume noble, graphite / charbon et zan au nez. La bouche recèle une magnifique liqueur, rôtie, sur des amertumes nobles et gourmandes, des notes d'abricots secs, de zestes confits, et toujours cette sensation (en second plan) de minéralité parfaitement intégrée, qui tient le vin et l'équilibre (malgré un taux de sucres de près de 450 g/l !). Magnifique
Un grand merci à Philippe et Catherine pour leur geste aussi généreux et que discret : nous laisser cette bouteille à peine entamée, sur la pointe des pieds, presque en catimini. Bref, la spontanéité et la sincérité qui, je le pense, ressemble sans doute un peu à de l'amitié. J'essaierai d'en faire bon usage.
.
Nul doute que nous reviendrons prochainement, tant pour l'accueil que pour les vins encore en élevage ...
.
.
Bruno

2 commentaires:

FRED a dit…

il existe en 1997 u,ne cuvée "carbonifera" qui titre du même genre en SR de celui que tu as annoncé sur le 2010, ce 97 est encore une autre cuvée ou c'est bien la même ?

Bobosse92 a dit…

Salut Fred

De mémoire, je crois que Anthology est une première trie qui titre 450 g/l de sucres et Carbonifera une seconde trie qui titre dans les 300 - 350 g/l.
Donc, en 1997, il existe les deux cuvées. En 2010, je crois qu'il n'existe que Anthology.

Bruno