11 novembre 2019

Week-end icaunais

Traditionnel week-end icaunais organisé de main de maître par l’ami François, en terres gâtinaises.
Gite, couvert, boissons, digestifs, … tout est compris, même (et surtout) l’amitié et la franche rigolade. Si cette année notre Papy n’a pas eu le syndrome du Gorgonzola furieux, il nous reste de nombreux souvenirs partagés.
Et comme le vin est aussi l’une des excuses ce week-end, voici quelques bouteilles dégustées et bues tout au long de ces 3 jours. Avec des prises de note « à la volée », donc forcément un peu sommaires.

Samedi midi, auberge espagnole et bizarreries de Gautier

Chablis, premier cru Côte de Léchet 2008, Cave de la Chablisienne : une pointe réduite, des notes fumées, légère rondeur sur une minéralité marquée au nez. Bouche avec une grande tension, légère rondeur, saline et gouleyante. Finale avec une pointe glycérinée. Bien +
Moravie, Müller Thurgau, Jakostní víno s přívlastkem, Pozdní Sběr 2015, Baloun : grande aromatique un poil muscaté au nez, avec une exubérance presque méridionale mais agréable. Bouche très ronde, sur « base muscat » qui disparaît à l’aération. Un côté viognier de noble origine. Fraîcheur et opulence. Excellent
Belgique, Côte de Sambre et Meuse, Blanc de Noir, château Bon Baron 2016 : un nez de cabernet d’Anjou … pas mûr. Bouche de demi-corps. Moyen
OVNI, la Cuvée de Gwenola : évolué, animal (le vin !), grosse acidité complètement déséquilibrée. Bof
Canada, Barrel 12469 (Chardonnay), 2012, Oliveira Vineyard (Marcel Cadet) : Gras et très opulent, sur un registre type « bonbon ». Bof
Oregon, Oris 2012 (Chardonnay), Iris Vineyard : un nez élégant, bourguignon, riche et suave. Bouche à l’avenant, avec peut-être un résidu encore présent d’élevage un poil trop appuyé. Très Bien +
Oregon Dundee Hills, Chehalem 2012 (Pinot Noir), Stoller Vineyards : un pinot fruité au nez, assez soyeux. Pointe réglissée présente. Bouche avec beaucoup d’acidité, alliée à une saveur de type ronce. Grande empreinte en bouche, dégageant une fraîcheur réglissée en finale. Excellent +
Brazil Campanha, Quinta do Seival, Touriga Nacional / Tinta Roriz 2011, Seival Estate : puissance fruitée sur un nez encore fermé. Bouche typée Porto mais sèche. Grosse puissance tannique. A garder encore 10 (20 ?) ans pour qu’il se civilise. Too much (aujourd’hui ?)
New Zealand, Moutere Pinot Noir 2010, Neudorf Home Vineyard : un pinot fin presque bourguignon, kirsch aromatique. Magnifique bouche, sur l’élégance, un soyeux, des tannins fins alliés à des notes de cynorhodon nobles. Finale sur une grande puissance. Excellent +

 
Pour digérer, quelques rhums …
Barbados, Doorly’s XO : miellé, impression sucrée, aromatique en attaque de bouche, retour sensuel sur l’alcool. Un accessit !
Jamaïque, Plantation 2002 : plus serré et plus raide en bouche.
Martinique, Hors d’âge 2002, Depaz : superbe nez, une essence de parfum. Bouche avec une attaque solide, sur l’alcool, qui laisse place à une aromatique sublime jusqu’à la finale. Best of de la journée
Jamaïque, L’Esprit (Single Cask), Monymusk : too much pour moi. Une impression de raideur excessive.

Samedi soir, pierrade et raclette

Sancerre, Clos de Beaujeu 2010, Gérard Boulay : servi un peu chaud, mais une belle promesse sur un équilibre entre opulence et élégance. Très Bien
Oregon, Oris 2012 (Chardonnay), Iris Vineyard : avec l’aération, un grand chardonnay typé « Coche-Dury ». Du gras, de l’acidité, une pointe grillée noble, une acidité justement marqué qui dégage une vibration saline. Excellent +
Beaune, premier cru Clos du Roi 2012, domaine Rapet : fruité élégant sur une base terrienne de type caillou. Bouche encore jeune, tonique, une grande acidité. Fruité soyeux, tannins terriens de belle facture. Finale fumée salivante. Très Bien +
Sauternes, Cuvée Exception 2001, Maison Johannes Boubée : superbe élégance au nez, sur un botrytis noble et bien caractéristique. Fraîcheur saline, notes d’agrumes jaunes. Bouche sur l’élégance, avec une belle acidité qui allonge le vin. Sucrosité abondante mais élégante. Finale sapide sur une grande liqueur. M’évoque les SGN de Philippe Delesvaux sur la construction. Finale doucement et tendrement mentholée et réglissée. Exceptionnel

Quand on aime, on ne compte pas :
Guatemala, Solera, 15 ans, Botran : rond, élégant et enjôleur au nez. Attaque en bouche raide, qui s’élargit et se patine. Finale un peu sèche.
Barbade, Mount Gay, extra Old : rondeur, douceur, puissance maîtrisée. Ca pulse en finale. Un accessit !
Martinique, Trois Rivières, Hors d’Age : un fruité aromatique, une douceur et une rondeur élégante. Superbe bouche. Best of de la journée

Dimanche midi, repas de gala

Saumur, Clos David 2009, château de Brézé : opulent, gras, acidité intégrée et salinité salivante. On mesure le chemin parcouru depuis ce 2009. Très Bien +
Viré-Clessé, Quintaine 2012, domaine Guillemot-Michel : belle construction sur un registre corpulent, une tendance sudiste sur les pierres chaudes, une finale acidulée qui vibre. Excellent
Clos de la Roche Grand Cru 2006, Pierre Amiot : pinot fin, fruité et élégant. Puissance maîtrisée, tannins de velours, force tellurique et grain en bouche. Excellent ++
Corton Rognet Grand Cru 1998, domaine Arnoux père et fils : sec, terrien, de la terre ! Out
Châteauneuf du Pape, les Cailloux 2007, André Brunel : puissance, fruité très sudiste, teneur en alcool élevée. Un certain manque d’élégance. Bien
Hermitage, la Chapelle 1998, Paul Jaboulet : un nez de viandox sur l’évolution. Rien ou peu à dire en bouche. Moyen
Graves Grand Cru Classé, château Haut-Bailly 1982 : superbe nez sur l’évolution, des notes fraîches de menthol et une pointe fumée fine. Bouche fondue, douce, de demi-corps mais qui se tient. Seul ‘petit’ défaut, un peu court en finale. Excellent
DOCG Barolo, Luigi Baudana 2007 : empreinte tannique superlative, puissance tout en dentelle, nervosité de la jeunesse. Un « pinot plus musclé ». Excellent ++
DOCG Brunello di Montalcino, Il Poggione 2004, Francesci S.A. : TCA !
Cahors, les Acacias 2011, Mas del Périé : fruits noirs et myrtilles, profondeur au nez. Bouche sur des tannins puissants, mais frais. Equilibré par l’acidité. Structuré et élégant. Excellent
Savennières, Coulée de Serrant 2010 : pâte de coing et c’est tout ! UN mélange de Savennières et de Côteaux du Layon. Bof
Alsace Grand Cru Rangen de Thann, Clos St Urbain 2004, domaine Zind-Humbrecht : richesse et opulence presque « épicée ». Salinité extrême ; fraîcheur traçante ; longueur; grande et noble aromatique. Tout y est. Exceptionnel
Luxembourg, Riesling, château de Shengen 2007 : mal placé après le Rangen, le vin apparaît toutefois bien construit. A revoir dans d’autres circonstances.

Dimanche soir, fin(s) de série(s)

Champagne Grand Cru, Clos des Goisses 1998, Philipponnat : un oxydatif ménagé, une trame tendue et habillée par un gras mesuré et velouté. Fine minéralité en finale. Moins bien gouté que la dernière fois. Très Bien
Meursault, premier cru Perrières 2007, Henri Germain : plutôt gras sur une belle tension. Pointe vanillé. Un peu décevant pour un « Perrières ». Bien +
Xérès, Fino dry Sherry, Ynocente, Valdespino : un nez rancio sur des notes de curry. Superbe approche. Puissance sur une bouche totalement sèche (sans sucre), des notes voilées, une trame enrobée, une aromatique jurassienne, sur la noix verte, la peau de noix. Très longue persistance salivante. Exceptionnel
Corton Grand Cru 2006, domaine Rapet : un vin dominé par l’amertume. Si l’aération permet au nez de retrouver une trame fruitée, sur les fruits noirs et des notes fumées, la bouche se présente monolithique, de l’amertume stridente qui persiste. Un problème de bouteille ?

Voilà, le week-end se termine, avec de nombreux souvenirs en tête, pour attendre avec impatience et sérénité la prochaine session …

Bruno

2 novembre 2019

Vins de Toussaint


A l’occasion d’un week-end de trois jours plutôt pluvieux et venteux, nous sommes revenus vers certains de nos classiques :

Alsace Grand Cru Eichberg, Pinot Gris 2014, Paul Ginglinger : Un vin construit sur l’opulence, une forme de gras élégant, avec des notes bien définies de fruits jaunes murs, une acidité intégrée en bouche et fine salinité finale. C’est à la fois riche et très élégant. Excellent

Nuits Saint Georges, les Charmottes 2010, domaine Chicotot : Un village de (très) belle facture. Nez qui pinote évidemment, laissant entrevoir une pointe d’évolution, sur les feuilles mortes et le sous-bois humide. En bouche, le velours s’associe avec la tendresse, sur une base de petits fruits noirs, avec une légère évolution et des notes café torréfié. Grain tannique en bouche sur la douceur, qui se retrouve jusqu’à la finale. Super village qui laisse une grande empreinte sur la fraicheur mentholée. Excellent

Bruno

27 octobre 2019

Infidélités (au Chardonnay et au Pinot Noir !)


Infidélité après un long week-end bourguignon, où le chardonnay et le pinot noir ont coulé à flot. Comme une envie de goûter autrement, avec :

Savennières-Roche-aux-Moines, cuvée les Moines 2010, domaine de la Roche aux Moines (Tessa Laroche) : robe dorée assez évoluée, concentrée et brillante. Un nez de chenin bien mûr, sur des notes florales très fraîches, très profondes et intenses. Puissance minérale schisteuse et d’une énergie tellurique folle, des notes de menthe / menthol presque acidulés et « perlantes » viennent compléter cette première impression déjà superlative. Bouche serrée, concentrée et corpulente, sur une assise plutonique bien présente. Pointe semi-oxydative ménagée et surtout bien dimensionnée. Aromatique sur la floralité, le gras et une opulence de bon aloi. Acidité redoutable…ment bien dosée et maîtrisée. Vibration presque tannique sur une finale prégnante. Un concerto de Rachmaninov avec les Saint Jacques juste snackées. Exceptionnel

DOC Douro, Roquette et Cazes 2014, Quinta do Crasto : le festival continue avec ce vin qui présente un nez intense sur les fruits noirs, une aromatique sudiste sans lourdeur et qui sait rester fraîche, profonde et élégante. Pointe d’amers nobles / de notes  végétales de bel effet. Malgré la jeunesse, la bouche est diablement séduisante, tout en velours. Un jus séveux, des tannins nobles, un fruité intense et bien mûr, sur une assise charpentée. Amers nobles déjà bien intégrés, et qui participent à la définition d’un grain en bouche velouté. Finale complètement à l’avenant, avec une trame tannique complétée par un fruit et une épice de noble origine. Allonge exceptionnelle et bien droite, pour ce vin exceptionnel.

On en redemande.

Bruno