14 novembre 2021

Week-end à Fort-Mahon

A l’occasion d’un week-end prolongé amical, quelques impressions de diverses bouteilles bues :


Rully, premier cru La Pucelle 2014, Paul et Marie Jacqueson : un nez floral, fin, sur le minéral de type « caillou fine ». Impression réduite salivante, une touche d’amertume sur les amandes. Attaque en bouche serrée, puissante et aromatique, à la limite de l’opulence (mesurée). Acidité salivante qui équilibre l’ensemble. Grande longueur et finale sur des amers réglissés. Excellent (+)

Côtes du Jura, les Grands Teppes VV 2012, Jean-François Ganevat : un nez capiteux, un peu évolué, sur des touches oxydatives. Notes poudrées, fines et aromatiques. Belle assise en bouche, avec une acidité grasse, ronde et « semi-perlante ». Grosse puissance manquant u peu de finesse. Sapide en finale, avec des notes glycérinées. Longueur un peu en retrait. Très Bien +

Pacherenc du Vic-Bihl, Saint Martin 2009, Barrique d’Or : un nez très riche, grillé, rond et finement alcoolisé. Bouche décelant une grande liqueur salivante, fraîche, avec une acidité de beau volume. C’est gourmand, presque « gouleyant ». Finale qui claque, avec des notes de peau d’amande, de pruneau, …Excellent +

(ITA) DOC Barbera d’Alba, Tulin 2016, Agr. Pelissero : nez intense et profond, sur les fruits noirs, une aromatique sudiste bien marquée. Bouche complexe, à la fois ronde et allongée. Notes d’amers végétaux nobles, salivantes. Charge tannique à petits grains. Longue acidité fraîche. Un vin encore jeune avec un potentiel certain. Très Bien ++

(ESP) DO Toro, Pintia 2006 : un nez fruité intense, une sorte de confit noble et frais, des notes de sous-bois et de champignons, une pointe typée « semi-oxydative ». Aromatique détendue et assise. Bouche à l’avenant, détendue, assise, à la fois ronde et allongée par l’acidité. Grand, longue et profonde empreinte. Fruits à l’alcool et réglissé en final. Une finale suave et sensuelle, avec une rétro-olfaction superbe, d’une vibration ultime. EXCEPTIONNEL

Vouvray, Clos de la Bretonnière 2012, domaine de la Taille aux Loups (Jacky Blot) : un vin à la fois floral et opulent au nez. Une belle tension avec du grain, une pointe fumée en complément. Bouche construite sur une tension acide, complexe, grasse, élégante. Notes salines, pointe « tannique ». Corpulence serrée, fraîcheur enveloppante. Finale sur une grande énergie, avec un dernier retour menthe et poivre. Excellent ++

Vouvray, Clos de Venise 2012, domaine de la Taille aux Loups (Jacky Blot) : nez plus discret au premier abord. Grande élégance, impression poudrée. Floralité qui se développe ensuite, sur une fine aromatique, plus ouverte, plus marquante. Bouche sur une grande complecité, finesse, rondeur, allonge aromatique et élégance ultime. Impressionnant jusque dans la finale étirée, tendue, enrobée par une pointe florale capiteuse. EXCEPTIONNEL

Chassagne-Montrachet, premier cru les Caillerets 2007, Marc Colin : un chardonnay riche au nez, floral, des notes vanillées encore présentes. Bouche soyeuse, un joli toucher. Finale grillée sur les amandes amères. Salivant et claquant. Un dernier retour réglissé. Léger manque de consistance et de longueur. Excellent

Mavcvin du Jura, Jacques Tissot : un nez très aromatique, finement boisé, sur des notes de zestes d’oranges. Pointe caramel, pruneaux et amertume. Impression d’alcool noble élevé sous bois. Bouche douce, avec une sucrosité mesurée et équilibrée. Glycérine, raisins de Corinthe. Finale salivante, sur une acidité enrobée, avec une allonge très rémanente et une rétro-olfaction saline. Excellent +

Puligny-Montrachet, premier cru le Cailleret 2009, Michel Bouzereau : minéralité caillouteuse lisse, typique des Puilgny. Elégance superlative, tension habillée par une pointe vanillée, le tout étant extrêmement fin. Bouche puissante et distinguée. Un vin minéral, une énergie tellurique profonde. Tension et léger gras se complètent. Finale serrée, allongée, salivante. Excellent +(+)

Condrieu, Coteau de Vernon 2009, domaine Georges Vernay : une floralité capiteuse au nez, fraîche, avec une impression d’allonge. Bouche manquant cruellement de volume, des notes vanillées très marquées … et c’est à peu près tout ! Court et plat. Une réelle déception. A revoir ?

Alsace, Sylvaner, Vallée Noble 2008, Vin de Glace, Seppi-Landmann : très grande impression de liqueur noble au nez, assez salivante. Bouche plus en retrait, de demi-corps, légère. Belle salinité malgré une longueur en retrait. Vin totalement atypique. Très Bien

Champagne, Saint Pierre les Dames, Blanc de Blancs : un nez minéral tendu, vif, une pointe briochée. Bouche sur une belle rondeur, minéralité crayeuse et acidité. Finale sur une noble sécheresse. M’évoque un peu les Charlemagne bourguignons. Finale sur de beaux amers vibrant. Excellent

Chablis, grand cru Grenouilles 2008, la Chablisienne : un Chablis très chablisien, sur la minéralité type « coquilles d’huitres », derrière une fine réduction au nez. Pointe complémentaire, citronnée, vive et vivifiante. Bouche sur une puissance mesurée, serrée et tonique. Belle finale sur la longueur et la trame acide / minérale. Léger manque de complexité. Excellent

Saumur, Clos David, 2014, Arnaud Lambert : ou une finale en « presque apothéose ». floralité puissante au nez, mélange juste dosé de la tension acide du cépage et le gras du terroir. Notes de fleurs douces, type chèvrefeuille. Poudrage fin très élégant. Superbe bouche, équilibrée sur un triplet acidité / minéralité / gras. Une tension serrée, une aromatique ronde, une puissance acide ! Finale sur une salinité sapide, une granulosité superlative, salivante, longue, aromatique (menthol) et une touche fumée. On côtoie l’excellence. Excellent ++


Beaucoup de blancs, de très grandes réussites, de très rares déceptions. Voilà un beau week-end qui en appelle d’autre(s).


Bruno


1 novembre 2021

Pélerinage à la Romanée-Conti

Ballade en photos dans le plus célèbre vignoble de France, un matin ensoleillé d'automne.

 



Quelques vins pêle-mêle

Pêle-mêle, quelques vins bus pendant ce week-end bourguignon :

St Romain 2019, Christophe Buisson : jeune, vif, léger et enrobé par de beaux amers pointus et serrés. Fin enrobage vanillé de bel effet. Salin et minéral en finale. Très Bien +

Pernand-Vergelesses, Combottes 2018, Vincent Rapet : jeune, belle minéralité calcaire, claquante et allongée. Notes fines de vanillé, amers légers et suaves en finale. Une belle promesse. Très Bien ++

Chassagne-Montrachet vieilles vignes 2017, Marc Colin : un vin tannique, à petits grains qui demanderait plus d’élégance. Notes de fruits noirs. Impression un peu rugueuse. Bien +

Maranges, premier cru la Fussières 2017, Bertrand Bachelet : un vin sur une rusticité avenante, tout en rondeur et en fruité. Belle construction, des tannins fins et crémeux, une acidité mesurée et une belle longueur. Je suis réconcilié avec cette appellation. Très Bien ++


Bruno


30 octobre 2021

Dîner gastronomique à l'Hostellerie de Levernois (21)

Fin de notre week-end bourguignon avec un dîner / dégustation au restaurant gastronomique de l’Hostellerie de Levernois.

Après une année de pause liée au CoVid, il est bon de retrouver l’ambiance cosy de l’automne à Levernois, d’abord au bar pour un apéritif qui nous préparer parfaitement à la suite des agapes.

A l’apéritif, un verre de Champagne Grand Cru, Avec le Temps, maison De Sousa : un Blanc de Blancs avec une belle vivacité, une amertume salivante, une bouche serrée, charmeuse, une acidité bien née. C’est fin, tendu, gourmand. Belle mise en bouche. Très Bien +

Menu Dégustation au programme (un problème d'appareil photo m'empêche de proposer tous les plats) :

Galet de coquilles Saint Jacques au citron confit, Choux graffitis, mimosa et chapelure de seigle, sauce iodée

Homard bleu, Fleur de caviar, ravioles de choux au vinaigre de framboise, Jus de têtes fumés

 Dos de lieu de ligne, Origami de champignons au persil plat, sauce crémeuse au cidre

Foie Gras poêlé de ‘Christian Pussacq’, Champignons des bois en fricassée, Jus à l’huile de pignons de pin


Pigeon de ‘Bernard et Patrice’, Navets au cassis, pommes cubes et confit d’oignons rouges, Sauce velours

 

Plateau de fromages et sa lecture personnelle

 

En attendant le dessert, …

 

Palet chocolat ‘Alpaco pur Pérou’, Coulant cassis et glace ivoire


Pour accompagner ce repas, quelques vins servis à l’aveugle par Philippe, « notre » sommelier qui nous concocte toujours de beaux challenges !


Vin n°1

C’est un blanc possédant un nez très minéral, typé chardonnay. C’est fin, floral, une pointe miellée associé à des notes de type caillou / pierre à fusil. En bouche, la trame acide et minérale tendue est accompagnée d’une forme d’opulence / de rondeur. L’assise minérale assure une belle ampleur, saline et distinguée. Longue rémanence légèrement grillée sur la finale. Pour moi, on n’est ni sur Chablis ni sur Puligny et les autres appellations ne m’apparaissent pas comme une évidence … sauf le Pernand-Vergelesses que j’ai oublié. Mariage parfait avec la St Jacques. Excellent +

Verdict : Pernand-Vergelesses, premier cru En Caradeux -, domaine Remoissenet


En duo, les vins n°2 et 3

Le premier est un blanc plutôt corpulent, un soupçon beurré au nez. Notes florales assez puissantes. En bouche, c’est puissant et élégant, de demi-évolution, mais toujours très droit. De la mâche, salivant. Fine minéralité type « Charlemagne » complétée par une pointe fumée évanescente. Longue rétro-olfaction. Excellent +(+)

Le second est un blanc possédant un nez plus évolué, sur des notes de menthol caractéristiques. On perçoit une fine évolution sur le champignon. En bouche, le vin possède de la race, de l’élégance et de la puissance. Amertume grillée magnifique. Superbe longueur, superbe fraîcheur, superbe acidité encore bien présente. Un effet turbo avec des notes de peau d’amandes pour finir. Excellent ++

Petit air de famille entre les deux vins … mais je sèche encore

Verdict : Chassagne-Montrachet, premier cru Caillerets, Marc Colin, millésimes respectifs 2012 et 2005 (merci à Monsieur Bernard Bruyer et à Marc Colin pour ce « petit plus »)


Vin n°4

Un premier nez sur le fruit et une pointe terrienne, dessinant déjà un joli grain. C’est frais et élégant. En bouche, le vin dégage une énergie veloutée, sur une structure acide présente, équilibrée par un glycériné salivant. Charge tannique modérée mais présente, en particulier sur la finale salivante. De la mâche, avec un grain tannique plus masculin que féminin. Finale complexe, sur des notes fumées, un toucher tannique sur le velours, des saveurs de fruits noirs à peine évoluée. Acidité et vivacité apporte un supplément de peps à l’ensemble. Je me rappelle d’un Nuits situé côté Vosne, j’exclus Volnay quoique, certaine pense à Pommard. Bref, c’est encore le brouillard (je vais devoir changer de métier et devenir maçon J). Accord millimétré tant avec le gras du foie qu’avec la chair tendre, délicate et acidulée du pigeon. Merci Philippe pour cette belle expérience. Excellent ++

Verdict : Volnay, premier cru Chanlin 2013, Lucien le Moine


Vin n°5

Don PX Granda Reserva 1994, Toro Albala (Espagne) : un vin d’une viscosité superlative et d’une robe brun-noir. Nez explosif, capiteux, sur le café, le pruneau. En bouche, malgré la densité et la charge alcoolique, une certaine fraîcheur se dégage. Acidité granuleuse noble. Un vin digeste et enrobant. Très bel accord avec le dessert chocolaté. Excellent


Une nouvelle fois, nous ne pouvons que louer l’accueil, le service et la qualité de cette table. Ballet en salle toujours précis, efficace et sans accroc. Distinction et décontraction sont au programme.

Nous avons retrouvé avec un immense plaisir le Plateau de Fromages !

Mention très spéciale au Chef, Philippe Augé qui nous a sorti des plats d’excellence, en particulier les St Jacques et le Pigeon. De beaux produits travaillés divinement. Merci également à Philippe pour sa sélection de vins, toujours éclairée et précise, en accord avec l’assiette. Merci enfin à Monsieur Bernard Bruyer pour sa sélection de 5 ( ?) fromages plus un Bleu de Termignon qui n’était pas au programme. La lecture des plats et du plateau de fromages reste un moment de poésie.


Vivement la prochaine fois !


Bruno