30 décembre 2018

Noël et ses environs

Un florilège des vins dégustés et bus lors du réveillon de Noël, et des environs.

Avec un saumon gravlax maison, un St Romain 2013, domaine Alain Gras : un joli chardonnay fin, tendrement grillé, une belle aromatique au service d’une puissance mesurée. Acidité qui assure une belle longueur, et une finale légèrement saline. Très Bien +(+)

Avec des noix de St Jacques et purée de potimarron, un Montlouis, Rémus 2013, domaine de la Taille aux Loups : puissance minérale, floralité et enrobage « en douceur » pour ce vin traçant. Très Bien (+)

Avec un gigot de 7 heures, un Chinon, cuvée Stanislas 2014, domaine Pierre Sourdais (magnum) : fruité au nez, rectitude du cabernet franc en bouche, légère pointe fumée, belle fraîcheur générale et corpulence en accord avec le plat. De la mâche tannique jusque dans une finale vibrante. Très Bien +

… puis un Morgon, Côte du Py 2008, Jean-Marc Burgaud (magnum) : relative déception avec un vin qui apparaît monolithique (fermé ?), une aromatique absente et un fruité un peu trop aigrelet. Problème de bouteille ? Moyen

Avec un dessert à base de fruits rouges et de chocolat, un Porto, LBV 2011, Quinta do Noval : une gourmandise de fruits rouges, une infusion tannique aromatisée, une puissance maîtrisée sur un fond d’amers nobles. Grande acidité qui étire le vin, finale claquante. Un « petit » vintage. Excellent +

Puis, pêle mêle à l’occasion de quelques repas :

Gevrey-Chambertin, VV 2009, domaine Rossignol-Trapet : finesse du fruit, empreinte tannique très gibracoise, notes fumées, un grain en bouche. Demi-corps très élégant. Très Bien +

Corton-Charlemagne Grand Cru 2008, domaine Rapet : chardonnay superlatif, alliant puissance et finesse. Joli grillé noble, amers salivants, une pointe résiduelle d’élevage ( ?) sur le vanillé élégant. Sphérique et traçant. Un très très grand vin. Excellent ++

Chablis premier cru, Grande cuvée 2013, Cave de la Chablisienne : minéralité sur la coquille d’huitres, tension acide équilibrée quoique bien marquée, enrobage aromatique de belle facture, traçant et allongé. Excellent (+)

Moulin à Vent, les Vignes du Tremblay 2013, domaine Paul Janin : le petit frère du « clos », mais quel petit frère. Un beaujolais haut de gamme, toujours sur le fruit, qui explose en bouche, avec un supplément de constitution et de rondeur. Tannins civilisés et déjà bien polissés, trame acide présente, allonge finale. Très Bien ++

Un peu de repos avant d’entamer le dernier round de ces fêtes.

Bruno

23 décembre 2018

Bilan de l'année 2018

En préambule à un bilan vinique de l’année 2018, quelques confirmations lors de ces 52 semaines écoulées : des retrouvailles et des surprises, parfois agréables, d’autres plus désagréables, avec des déceptions marquées. C’est le propre de l’homme. Rien n’est jamais acquis, y compris (surtout) en « amitié ». L’avenir nous apportera sans doute des explications et/ou des confirmations d’impressions laissées par 2018 !
Bilan de cette année 2018 qui avait débuté avec le Salon des Vins de Loire à Angers. Une sélection toute personnelle, difficile à rendre synthétique tant nous avons bu de belles (et exceptionnelles) choses !

Pour les blancs
Dégusté au Grand Tasting, Chablis, Grand Cru Preuses 2003, Cave de la Chablisienne : nez sur une aromatique très originale, marquée par des notes cétoniques plutôt élégantes et une fraîcheur superlative. Volatils élégants j’ai noté sur le coup ! Bouche charnue, grillée, tannique, … qui laisse une impression minérale / acide exacerbée. Quelle énergie (aucune molécule de mollesse pour ce 2003). Persistance ultime.
Bu à table chez notre Pampo national, Chassagne-Montrachet, premier cru les Caillerets 2012, Marc Colin : robe jaune claire, transparente. L’étoffe d’un grand (cru). Elégance ultime sur des fragrances de noisettes fraîches, de notes mentholées, de grillé élégant. Bouche énergique, tellurique, mais sur un substrat très fin, floral, frais, allongé. Vibration sur la durée. Pointe de fine acidité qui allonge l’ensemble. Jeune aujourd’hui, mais quelle promesse.
Bu à « l’Hostellerie de Levernois » (merci Nicolas) Meursault, premier cru les Perrières 2000, domaine Potinet-Ampeau : le vin présente une robe jaune dorée assez évoluée. Premier nez un peu retenu, mais qui va s’ouvrir très rapidement. Minéralité et floralité, belle trame acide, une impression de force tellurique et un habillage aromatique grand. Bouche complètement fondue, avec du caractère, un côté traçante et une rondeur avenante. Grande aromatique. Puissance très élégante, avec un retour sur de magnifiques amers nobles et une sorte de mâche presque tannique. Finale sur des notes tertiaires type champignons, puissante, avec une acidité enrobée qui allonge l’ensemble. Je pars sur un chardonnay de noble origine, plutôt style Grand Cru mais que je ne place pas (Trop « gras » pour les Chablis et le Corton Charlemagne, et manque évident de recul sur les Montrachets !).

Pour les rouges
Dégustés au Salon des Vins de Loire St Nicolas de Bourgueil, Eclipse n°11 2014, Frédéric Mabileau : je pourrais presque reprendre mes notes de la dernière dégustation. Quelle grande et noble maturité au nez, quelle fruité intense et élégant, presque bourguignon. Bouche sur un équilibre magistral, fine, élégante et équilibrée. Pointe glycérinée noble. Finale exceptionnelle, qui voit le retour d’un équilibre droit, tendu et traçant, typique du grand Cabernet Franc et au Salon Biodyvin St Nicolas de Bourgueil, Eclipse n°12 2015, domaine Frédéric Mabileau rassemble toutes les qualités des précédents vins. Grand nez de pinot noir, aristocratie des jus (encore en devenir), équilibre magistral en bouche, du gras, de la mâche, des tannins fins, de l’acidité. Quel top ! Je ne devrais pas le dire, mais un vin à acheter d’urgence (!).
Dégustés au Salon Nebbiolo, Barolo DOCG, Vigna Rionda Riserva X Anni 2006, Massolino : le Grand Vin ! Synthèse (et symbiose) parfaite entre le pinot fin et la syrah. Nez élégant, fruité, épicé, floral, … follement complexe, mais toujours sur un registre de fraîcheur. Grande et belle bouche tannique, aromatique presque exubérante, avec un grain sublime - Barbaresco DOCG, Riserva Basarin 2012, Adriano Marco e Vittorio : l’exceptionnel dans le verre. Un premier nez sur le fruité intense et la puissance maîtrisée, un second nez sur la menthe poivrée, voilà une belle entrée en matière (ou l’art de nous faire saliver). En bouche, le vin arrive à concilier puissance et élégance, sur un registre frais malgré la charge tannique et le degré alcoolique. Tannins abondants mais doux - Barolo DOCG, Sori Ginestra 2008, Conterno Fantino : impression générale, et particulièrement au nez, de soie. Bouche jeune encore, mais énergique. Alliance entre une sphéricité avenante et une tension saline. Finale tannique qui sait rester fraîche. Immense empreinte sur la longueur et sur la largeur.
Dégusté au Grand Tasting, Maury sec, Alt. 433M 2016, Mas Amiel : ce vin est issu d’une parcelle située à 433 mètres d’altitude, et assemble le grenache noir et le Lladoner Pelut (un cépage que je découvre). Et quelle découverte. Un nez complètement OVNI (objet vinique non identifié), une grande fraîcheur minérale, un profil aromatique sur l’infusion de fraises (il faut avoir pas mal d’imagination pour infuser des fraises), mais sur un substrat sec évanescent, subtil et éveillant notre curiosité (et nos papilles). Bouche à l’avenant, originale, des tannins évanescent, dégageant une sorte de zénitude presque cistercienne (mais avec beaucoup beaucoup de plaisir sans la forme d’une rondeur mesurée).
Dégusté au Salon Biodyvin, Sancerre « Belle Dame » 2015, domaine Vacheron sur l’élégance. Du fruit (pinot !), de la réglisse et ce côté « fumé » que je perçois souvent dans les Sancerre. Grand vin. RDV dans quelques années.
Offert par des « amis vignerons » et bu dans leur cave. A l’aveugle pour ce vin mystère, sans étiquette, et dont la couche de moisissure traduit un certain âge … A l’ouverture, une robe diaphane encore vaillante, d’une belle brillante et tirant vers des teintes orangées. Le nez est magnifique, sur les champignons de Paris de noble origine, un peu comme ce plat dégusté en juin dernier à Fontevraud. Après une relative longue aération (30 minutes), ces notes tertiaires s’estompent peu à peu au profit de touches tendrement fruitées, plus fruits rouges que noirs. J’y décèle pèle mêle des fragrances d’alcool de cerise, de kirch, des épices douces, le tabac blond, une sorte d’infusion de tilleul, … La bouche est étonnamment alerte et jeune quoique fondue. Feuilles mortes, fruité intense et acidité bien présente dessinent une complexité magnifiée. Finale tendrement et subtilement veloutée, presque « sucrée ». Un moment de grâce nous a parcouru l’espace d’un instant ! A mettre directement au panthéon des grands bourgognes et au firmament de mes sensations viniques. Merci à Lucien, le grand-père de Georges Chicotot pour cette belle ouvrage. Il s’agissait d’un Nuits Saint Georges, premier cru 1923, domaine Chicotot, issu des climats « Rue de Chaux » et « Pruliers ».
Bu en vacances en Bretagne, Vosne Romanée, premier cru les Brulées 2004, domaine René Engel : robe sur une évolution modérée, encore rubis à peine teintée de notes tuilées. Nez de pinot sur un équilibre tertiaire, sur un triplet fruits infusés, végétal noble et feuilles mortes séchées. Bouche tout en soie, fraîche, un distillat de saveurs florales fines. Le fruit est encore bien présent, sublimé à la fois par l’acidité toujours ciselée et les fragrances empyreumatiques. Puissance très maîtrisée, un grain tannique fin. Finale laissant une empreinte douce, mais d’une persistance ultime.
Bu à « l’Hostellerie de Levernois » (merci Nicolas - bis) Volnay, premier cru Clos de la Bousse d’Or 1999, domaine de la Pousse d’Or : on part sur un grand rouge présentant une robe rubis légèrement évoluée, très brillante et déjà salivante. Nez avec un côté animal justement dosé, comme il faut pour garder ses notes de fruits murs, plutôt fruits noirs, complétés par des fragrances épicées et une tendre évolution. C’est (déjà !) profond et suave. J’en bave encore à faire le CR. Grande bouche de pinot noir noble, avec des arômes complexes, fondus, une belle acidité apportant un soyeux et une suavité exceptionels. C’est tannique mais équilibré, une sorte d’infusion d’épices douces et de réglisse. Accord proche de l’idéal avec le bœuf « sauvage ». Je pars sur un côte de Nuits assez évolué, plutôt Vosne ou Chambolle, sur 2006 par exemple.
Bu au restaurant « 1862 » aux Eyzies de Tayac, Volnay, premier cru Clos des Ducs 2011, domaine du Marquis d’Angerville : la claque de la soirée. Un trèèèèèès grand pinot. Corbeille de fruits, notes réglissées (d’amers nobles) et fumées, impression de zénitude au nez avec un grain superlatif. Belle évolution au bout de (seulement) 7 ans. En bouche, c’est déjà fondu, mais le vin sait composer (et se complexifier) sur un registre de fruits rouges et noirs, de tension acide, d’amers salivants, et surtout un toucher de tannins digne des plus beaux amortis de Mc Enroe. Accord parfait avec le veau. Magnifique persistance.
Bu au restaurant « Autour d’un Cep » à Angers, Sancerre, les Garennes 2014, Vincent Gaudry : un vin ANTHOLOGIQUE qui s’inscrit d’ores et déjà dans mon panthéon de 2018. Il y a bien longtemps qu’un pinot ne m’avait pas scotché de la sorte, et pourtant, j’ai quelques beaux bourgognes en magasin ! Robe rubis assez claire, brillante, sans trace d’évolution. Grand nez qui pinote clairement, le fruit est mûr, bien mûr, juste ce qu’il faut. Légèrement acidulé, une pointe fumée en complément, une profondeur et une grande marque. Mes réceptacles olfactifs sont déjà en émoi. En bouche, le vin se présente comme une pièce de soie, ultra-élégant. Equilibre droit, fruité éclatant, jamais ostentatoire ni caricatural, trame allongée sur une acidité avenante et gracieuse. Grande et belle empreinte, minéralité en arrière plan qui apporte un complément de volume aux tannins, notes de pierre à fusil, pointe réglissée qui définissent un arrière-plan sur une amertume salivante. Comparaison n’est pas raison a-t-on coutume de dire, mais là, on se croirait sur Chambolle, plutôt versant premier ou grand cru. En conclusion, si je devais résumer mes impressions en un seul mot, ce serait : « vin sensuel ». Mon coéquipier d’un soir me souffle : Un vin comme ça, une Ukrainienne, et c’est le Nirvana ! Je le laisse seul responsable de ses propos. 

Pour les « jaunes », « doux » et « liquoreux »
Dégusté au Salon des Vins de Loire, Coteaux du Layon, Sélection de Grains Nobles 2015, domaine Catherine et Philippe Delesvaux : le (très !) grand frère du précédent (les Clos), avec partout un supplément de constitution. Liqueur noble en bouche évoquant un vieux cognac, rondeur traçante, trame acide en filigrane qui empêche le vin de basculer vers le côté obscur (les « Layon » pâteux de notre jeunesse). Grandiose finale.
Dégusté au Grand Tasting, Maury doux, 1969, Mas Amiel : je médite, je médite. Ceux qui me connaissent savent que la méditation est mon fort. Mais là, on ne peut pas faire autrement. Un nez avec des fragrances à la fois de rancio et de « Jaune », un fruité qui ressort de l’ensemble. Fraîcheur, grande aromaticité noble, des fruits confits, des notes de pruneaux, de peau de noix, … et une persistance … jamais vue. Devant tant d’émotion, même le site internet du Mas Amiel reste sobre : « La robe est ambrée et reste profonde malgré les années … Le nez est intense et précis, cacao, tabac blond et le noble arôme de noix si caractéristique ces très vieux vins doux naturels. La bouche est ample, fine douce et sensuelle. » (Crédit© : Mas Amiel qui me pardonnera cet emprunt). Un vin à boire pour lui, avec une douce musique de fond comme le concerto pour violon de Tchaïkovski.
Dégusté au Salon des Vignerons Indépendants, Arbois, vin Jaune 2010, Jacques Tissot : dernière étape, dernière marche, dernière claque ! Un nez d’épices nobles, une pointe de peau de noix, une élégance superlative, une bouche à la fois tendue, nerveuse et ronde, enrobé qui dure, qui dure … Tous les ingrédients d’un grand jaune sont là. Clap de fin car nos papilles ne s’en remettront pas (on avait bien programmé une série de Maury du Mas Amiel, mais nous avons préféré renoncer tant l’empreinte était magique.
Bus en vacances en Bretagne, Côtes du Jura 2012, domaine Macle : nez sur un oxydatif élégant, presque « ménagé », noix et curry. Bouche charnu, douce, dégageant une impression à la fois glycérinée (sèche) et de « faux-sucré ». Enrobage parfait des papilles, complété par une belle tension sans mollesse. Grande minéralité qui ressort en finale, sur une sorte de salinité gourmande (empreinte magique après une nuit d’aération). Accord parfait avec un Comté de 24 mois : le « jaune » s’intègre encore plus précisément, laissant une fraîcheur superlative en finale, synthèse entre des notes oxydatives et un côté mentholé allongeant le vin - Jurançon, Quintessence du Petit Manseng 2006, domaine Cauhapé : magnifique robe dorée, vieil or. Très grand nez typique du botrytis, avec une sensation liquoreuse rôtie, une impression  d’acidité qui apporte déjà une vivacité salivante. Fragrances minérales d’une élégance superlative. Bouche avec une attaque serrée, dégageant une énergie énorme. Acidité saline « perlante », fraîcheur superlative, avec une intégration parfaite de l’acidité et de la liqueur. Floralité sur la pêche poêlée. Finale à la fois effilée et large, avec une puissance domptée et équilibrée. Rôti superlatif, avec un retour sur la truffe / la morille - DO Montilla-Moriles, Pedro Ximenes, Granda Reserva 1971, Toro Albala : un nez d’une folle complexité, dans lequel toutes les fragrances peuvent apparaître. En vrac, le rancio, la figue, le café, le pruneau, … avec une double impression d’acidité et de fraîcheur ! Liqueur superlative en bouche, avec une aromatique exceptionnelle de complexité et de plaisir, le tout étant porté par une grande et belle acidité. Arômes de pruneaux, de raisins secs et d’amers type « peau de noix » / « caramel brûlé ». Alliance parfaite de la puissance et de la finesse. Finale salivante, sur un extrait sec énorme et une acidité aristocratique.
Bu au restaurant « La Pomme » aux Damps, Maury, « 20 ans en l’an 2000 » (millésime 1980), domaine du Mas Amiel : un OVNI offert par une amie bourguignonne, rencontrée il y a déjà quelques années dans les vignes du côté de Volnay. Un énorme cadeau (merci Karen) pour ce vin de type solera, sur une base grenache noir. Un véritable tawny avec une oxydation ménagée (et maîtrisée), une aromatique sur la figue et la prune, des notes confites / compotées, agrémentée de touches de cacao, de bois précieux, de tabac blond et une sensation de douceur et de rondeur fraîches. Un sucre maîtrisé, presque sur les zestes d’agrumes confits. Bouche extrêmement complexe, tannins d’un soyeux superlatif. Finale interminable, avec des arômes de noix, de caramel et d’épices.

Quelle collection de Grands rouges !

Belle et douce année 2019 à toutes et à tous. RDV l’année prochaine pour de nouvelles dégustations.

Bruno

15 décembre 2018

Un soir à la maison

Les circonstances de la vie font que parfois, par négligence, paresse ou facilité, on s’éloigne involontairement d’amis.

Au hasard des lumières - nouvelles - d’un week-end amical dans l’Yonne, ce constat nous est revenu directement à l’esprit. Ni une ni deux comme on dit en Normandie, un RDV fût pris de façon informelle pour une soirée amicale autour de bons plats et de bonnes bouteilles.
Transformation de l’essai en ce samedi soir glacial et pluvieux à la maison. Au menu, discussions, rires, amitié et partage (et en prime la réception de ma toute dernière commande, mais chut, je n’achète plus de vins !).

Petits plats dans les grands avec :

Duo de St Jacques, en carpaccio à l’huile de truffe et snackées au sel de Guérande

Osso bucco de compétition

Plateaux de fromages
(on se croirait - presque - à Levernois)

Assortiment de dessert de noble origine (sans la photo)

Pour accompagner ce repas (et sans prise de notes sur l’instant) :

Champagne Blanc de blancs, Ruinart : un champagne d’apéritif très vineux, un nez sur le registre du chardonnay (pour un Blanc de blancs …), finesse, léger brioché, fragrances amères nobles. Bouche structurée, enveloppante, ronde … mais allongée par une acidité parfaitement dosée. Finale salivante, sur de beaux amers vibrants. Très Bien +
Montlouis, Rémus 2013, domaine de la Taille aux Loups (Jacky Blot) : un très grand nez de chenin, impression minérale intense, floralité subtile, léger gras. Une grande entrée en matière. Bouche à l’avenant, laissant une grande empreinte. Gras et tendu, floral et glycériné, complexe, acidité superlative. Un petit millésime et un grand vin. Décidemment, Jacky n’arrête pas de nous surprendre (agréablement) avec cette « entrée de gamme ». Excellent +
DOCG Chianti classico, 2006, Isole e Olena : nez infusé, sur les fruits et dégageant un sentiment de douceur, presque de volupté. Bouche très aromatique, sudiste sans excès, d’une finesse de tannins exceptionnelle. Une sorte de Cabernet sans les défauts des Bordeaux actuels ! Fine impression veloutée sur une finale d’une belle allonge. Excellent
Gigondas, la Font de Tonin 2006, domaine de la Bouïssière (carafé 4 heures) : très grosse puissance au nez tant qu’en bouche, derrière laquelle on perçoit (difficilement pour moi) le côté fruité. Si certains de mes convives ont grandement apprécié le vin, j’avoue que pour moi, c’est too much. RDV dans 20 ans ??? Non noté
Saumur, Chenin du Puy 2013, domaine Frédéric Mabileau : retour sur terre avec ce chenin construit sur une trame effilée, portée par une acidité marquée. Après le Gigondas, l’aromatique et le gras ont du mal à s’exprimer, … mais je crois que le millésime y est un peu pour quelque chose. Beau mariage avec un Chaource de compétition. Très Bien
Maury, VDN 30 ans d’âge, Mas Amiel : où comment finir en fanfare un repas. Une robe à mi-chemin entre un Vintage et un Tawny, légèrement évoluée et orangée, mais conservant une densité certaine. Nez d’une folle complexité, sur une base oxydative ménagée. Notes torréfiées, de tabac, de pruneaux et de peau de noix. Bouche doucement liquoreuse, épices douces, café, amandes douces … qui se prolongent d’une manière superlative avec un retour (et une persistance) d’amers de type noix verte. Quel vibrato. Accord presque parfait avec les pâtes persillées (Bleu d’Auvergne et Gorgonzola) et sublime avec une ganache au chocolat. Excellent ++

Une superbe soirée qui s’est prolongée tard dans la nuit, à une heure avancée, signe que l’imperceptible accélération de la flèche du temps signifie une augmentation du plaisir et de l’amitié. A renouveler d’urgence pour combattre la morosité. Un RDV est d’ores et déjà prévu en terres bourguignonnes sur juin, dans notre « cantine » préférée … J’ai hâte de vieillir un peu !

Bruno