15 mai 2016

Anniversaire en Normandie



A l'occasion d'un anniversaire familial, le beau temps était au rendez-vous en Normandie ce week-end. Après un apéritif sur la terrasse, un buffet froid nous a permis d'accompagner notre impétrante d'un jour vers les années 90. Pour ne pas succomber à la soif, quelques bouteilles et magnums étaient prévus.

Crémant de Loire, Triple Zéro, domaine de la Taille aux Loups (Jacky Blot) (magnum): une bulle apéritive très agréable, fraîche, semi-perlante, tendre et alliant le tranchant du cépage et un enrobage juste comme il faut. Très Bien
Alsace, Gewürztraminer Wahlenburg 2013, Paul Ginglinger : un vin simple mais bien construit, un fruité explosif exotique, sur la rose, le litchi et une superbe épice douce. Belle allonge en bouche. Très Bien.
Anjou blanc, Feuille d'Or 2012, Philippe Delesvaux : un chenin tendre de noble origine, la puissance acide et tellurique du cépage et du cru et un semi-dosage lié au millésime. Très Bien +.
Chiroubles, vieilles vignes 2009, Jean Louis Chapuy (magnum) : un très beau gamay, riche, plein, fruité et tendu, que la conservation en magnum a bien servie. Belle finale vibrante et aérienne, sur des notes de fruits rouges acidulés alliés à un gras de bel effet. Excellent
Coteaux du Languedoc, Pic St Loup, cuvée Sainte Agnès 2009, Ermitage du Pic St Loup (magnum) : un nez intense, sur les fruits gorgés de soleil et une touche d'olive et de notes sanguines. Bouche structurée, avec de la mâche, des tannins veloutés et une corpulence acide qui allonge l'ensemble. Excellent (+)

Bruno

14 mai 2016

Un coup de coeur sur le pouce !

Crédit photographique : Les bouteilles de Maigremont

Hier soir, pour accompagner une pintade au four, j'ai sorti un Moulin à Vent, vieilles vignes du Greneriers 2011, Paul et Eric Janin : magnifique nez de fruits noirs et rouges, une touche épicée, des notes de maturité intenses. La bouche est structurée, bourguignonne à souhait, de la mâche, des tannins fins et de caractère (avec une légère angulosité de jeunesse), le tout finissant sur une suavité magnifique. Un véritable coup de coeur pour cette première bouteille de ma collection.

Et encore un 2011 qui fait la synthèse entre jeunesse, fruit et structure.

Bruno

8 mai 2016

Souvenirs de la Manche

Quelques souvenirs en images.

Gouberville, en allant à la plage

Gatteville et son phare

Depuis le sommet du phare de Gatteville (plus de 350 marches), la vue est impressionnante

Barfleur

St Vaast la Hougue et le fort de la Hougue

L'Ile de Tatihou

Les dunes de Biville

Le Nez de Jobourg et le cap de la Hague

Mer argentée


Bruno

7 mai 2016

Une semaine de dégustations. Mais quelle semaine !!!

Compte-rendu d'une semaine de vacances dans la Manche. A cause d'un temps estival et ensoleillé qui caractérise la Normandie, nous avons été amenés à nous réhydrater afin d'éviter tout accident. Ces quelques bouteilles dégustées au cours de notre séjour … Une semaine, mais quelle semaine !


Mosel-Saar-Ruwer, Riesling Auslese, Bernkasteler Lay 1998, Joh Jos. Prüm : une puissance maîtrisée sur la finesse, la fraîcheur mentholée semi-perlante, servie par une aromatique douce et élégante, sur les fruits exotiques, et sans excès. Grande et longue empreinte en bouche. Exceptionnel
Montlouis, La Negrette 2009, domaine du Rocher de la Violette (Xavier Weisskopf) : un chenin construit sur la tension, complexe, enrobé par un gras qui vient équilibrer l'ensemble, une touche d'amertume typée « zan ». Pour amateur de vins tendus. Personnellement : déjà excellent, et potentiellement exceptionnel. Après une nuit, le fond de bouteille a acquis un supplément de complexité et de chair …
Pouilly-Fuissé, les Crays 2004, Daniel et Martine Barraud : Si à l'ouverture, le vin paraissait fatigué et sans âme, une nuit d'aération nous a permis de retrouver les classiques du chardonnay, avec toutefois une légère déviance. C'est bon mais il faudra re-goûter sur une bouteille exempte de défaut.
Volnay, premier cru les Caillerets 2007, domaine du Marquis d'Angerville : la quintessence du pinot noir. Un nez sur les fruits noirs, intense, profond et mature, avec un soupçon d'épices douces. Une bouche d'une folle complexité, alliant une pointe d'amertume noble, un fruité serré et élégant, une construction tannique polissée et une acidité qui allonge le vin. Grain tannique de caractère, velouté superlatif et allonge exceptionnelle. Exceptionnel
Alsace Grand Cru, Sonnenglanz 2005, Gewürztraminer Vendanges tardives, domaine Bott-Geyl : la puissance épicée du cépage, un côté rose assez développé, la liqueur des sucres issues d'une vendange tardive riche, l'amertume finale très salivante, sur des notes évoquant un vieux cognac de noble origine. Superbe (et un accord avec une fourme d'Ambert à tomber).


En battle, Puligny-Montrachet, premier cru les Folatières 2007 du domaine Leflaive vs Chassagne-Montrachet, premier cru la Romanée 2008 du domaine Paul Pillot : deux beaux vins de bourgogne. Le premier semble plutôt fin et floral, assez fermé, avec une acidité qui laisse apparaître à ce stade un léger déficit de longueur. Très Bien +. Le second présente une réduction plus marquée au nez, mais l'aération va vite révéler un (très) grand vin, plus corpulent, plus tendu mais également plus enrobé et sur une aromatique plus avenante. Très grande allonge. Ca claque sur la langue en finale. Excellent +
Résultat du match : large victoire du Chassagne sur le Puligny, tant à l'instant to qu'au niveau du potentiel. Quant au rapport Qualité/ Prix, sans commune mesure en faveur du second !
Mondeuse, la Brova 2005, Louis Magnien : un vin qui m'évoque le cabernet franc, tant au nez qu'en bouche, plutôt frais et très élégant. Demi-corps tannique, belle acidité assez marquée. Finale tendue et de bel effet. Une très belle découverte. Excellent
Pernand-Vergelesses, premier cru Sous Frétille 2005, domaine Vincent Rapet : une complexité entre la puissance minérale saline (calcaire) et un enrobé élégant. Vanillé léger, touches beurrées (qui ont disparu après une nuit d'aération, au profit d'une complète intégration de l'acidité) et finale sur des amers nobles. Excellent +
Alsace Gewürztraminer Vendanges tardives 2005, domaine Paul Ginglinger : vin plus puissant que le précédent, sur un équilibre fruité proche du litchi et des épices. Bouche charpentée, sur une belle amertume plus rôtie. Superbe allonge, qui se termine par une amertume marquée très noble. Superbe

Palette, château Simone 2009 : un nez très « Simone », qui m'évoque les blancs du Rhône. Fruité opulent mais élégant (pêches jaunes confites), fumé, rondeur laissant une (fausse) impression de sucres résiduels (on est certainement plus sur un gras enrobé), amertume du plus bel effet en finale, qui tapisse le palais et allonge le vin sur un équilibre de fraîcheur. Que dire : une véritable valeur sure. Excellent + (+)
Pommard, premier cru clos des Epeneaux 1998, domaine du Comte Armand : un nez intense, profond et structuré, plus nuiton que beaunois. Fruits noirs, réglissé élégant, amertume végétale avenante (vendanges entières) et acidité de structure encore très présente. La marque d'un très grand pinot … qui a encore du potentiel de vieillissement ! Exceptionnel
Rheinhessen, Riesling Eiswein, Niersteiner Rosenberg 2007, Weingut Seebrich : Un nez un peu sur la retenue, plutôt frais, floral et fin. La bouche est tout en élégance et en finesse. Les notes variétales ont disparu, au profit d'une tension fine et d'une aromaticité discrète, bien soutenue par une acidité totalement intégrée. Equilibre parfait pour un vin laissant une impression presque saline en finale. Excellent (+)
En battle sur une côte de boeuf, Nuits Saint Georges, premier cru Clos des Porrets St Georges 1999, domaine Henri Gouges vs Côte Rôtie, Rose Pourpre 2004, Pierre Gaillard : Le premier est fermé, sur des notes fruitées qui peinent à s'exprimer. Un nez nuiton discret, une bouche structurée et tannique, mais le volume n'est pas encore développé. A attendre, au moins 10 ans pour, on espère, révéler un énorme potentiel. A revoir clairement. Le second représente la quintessence d'une syrah de noble origine. Un nez déjà fondu, sur les fruits noirs, des notes réglissées et une touche épicée. Bouche somptueuse qui présente un grain tannique de caractère, déjà bien fondu. L'acidité offre un contre-point exact à la structure. Ça claque sur la langue. Finale exceptionnelle, qui voit le retour d'une épice douce allongeant le fruité du vin. Exceptionnel. Le résultat du match est sans équivoque : avantage à la syrah.
Le lendemain, le reste des bouteilles confirme notre première impression. Le Nuits s'est (encore) raidi alors que le Côte Rôtie montre un équilibre plus fondu, viandé et sanguin, d'un soyeux encore plus superlatif.

Saumur, Coulée de St Cyr 2008, domaine de St Just : Après une petite frayeur sur un nez réduit évoquant les huitres, l'aération nous permet de retrouver nos classiques avec un nez typé chenin, avec un supplément de notes de fruits rouges (fraises / myrtilles) et jaunes (pêches). Belle bouche tendue, serrée mais laissant une empreinte noble sur la langue, avec une surplus de chair parfaitement équilibré qui signe les grands vins. Acidité bien présente, mais fine pour tenir justement le vin et son côté ras. C'est long et salivant sur une finale de bon aloi. On est proche du sans faute. Excellent +
Le lendemain, le nez a évolué vers le « Brézé du Clos Rougeard », tout comme la bouche que seul un léger déficit d'opulence et de gras sépare.
Sainte Croix du Mont, Château La Rame réserve 1988 : Un équilibre parfait et une homogénéité des sensations, tant au nez qu'en bouche. Une robe dorée presque fluorescente. Magnifique nez de botrytis noble, rôti, tendu, minéral à souhait et ayant réussi l'intégration parfaite des sucres. On dirait (presque) un SGN des Delesvaux tant l'empreinte est magnifique. Même présence en bouche, avec un supplément de tension acide vibrante, une finale sur des amers nobles type « zan » et une sensation perlante. Exceptionnel
Meursault, premier cru Clos des Perrières 2007, domaine Albert Grivault : Opposition complète de style avec un nez tendu, très minéral, puissant mais laissant apparaître un gras beurré très élégant. Bouche à l'avenant, très distinguée avec une complexité entre tension, gras, élégance et puissance maîtrisée. Vin qui claque sur la langue en finale. Dommage de le boire trop tôt, mais le plaisir est déjà (largement) présent. Excellent + (potentiellement exceptionnel).
Pernand Vergelesses, premier cru Ile des Vergelesses 2006, domaine Vincent Rapet : un nez classique du cru, sur les fruits noirs (cerises) avec un côté fumé marqué, très terrien. Belle définition de bouche, sur des tannins présentant un caractère affirmé, une acidité encore bien présente et une empreinte tellurique en finale. Un grain en bouche vibrant. Excellent
Le soir, le vin a perdu son côté fumé au profit d'un fruit encore plus éclatant, sur les cerises (rouges et noires), d'une belle maturité avec un fond sur la ronce. La bouche est toujours tellurique, mais avec un supplément de satin et une acidité qui me fait penser que ce vin possède un potentiel de garde encore très important. Finale claquante, sur un fond ronce / végétal noble. Excellent +
Puligny Montrachet, premier cru les Combettes 2002, domaine Jacques Prieur : Oxydé ! Bordel, va falloir que ça cesse cette oxydation prématurée chronique des bourgognes blancs.
Mosel-Saar-Ruwer, Riesling Auslese **, Ürziger Würzgarten 1997, Weingut Karl Erbes : un nez sur l'ananas grillé / poêlé, complété par des notes d'agrumes type mandarine. Belle bouche construite sur une puissance plus élégante que corsée. Un côté rôti élégant et tendu, des sucres parfaitement intégrés à l'acidité de structure, … pour un vin qui finit sur des notes rôties, d'agrumes et de réglissé. Excellent + (+)
Vivement les prochaines vacances.

Bruno