13 novembre 2014

Magma

Un Christian Vander d'anthologie, égal à lui-même, une batterie superlative ; un James Mac Graw époustouflant à la guitare, des riffs et des solos dignes des plus grands ; un Philippe Bussonnet qui nous sort des solos de basse d'enfer, vibrant, perforant ; un Hervé Aknin à la voie monstrueuse, aussi bien dans les graves que dans les aigüs, et soutenu par des coeurs composés de Stella Vander, Isabelle Feuillebois et Julie Vander ; sans oublier les claviers avec Jérémie Ternoy au piano, Benoit Alziary au Vibraphone et Benoit Wideman en invité aux claviers.
.
Une trilogie « Köhntarkösz-K.A- Ëmëhntëhtt-Ré » de près de 3 heures qui restera gravée dans les annales. Une fois de plus, Magma est magique.
.
Quelques photos prises au vol ...
.
.
.
Bruno

8 novembre 2014

30 ans de mariage à la Mare aux Oiseaux

Après une promenade ventée sur la plage de Mr Hulot, où la mer formée était vraiment impressionnante, nous voilà donc à l'abri des les terres, au beau milieu des marais, dans la Grande Brière. Plus précisément sur l'île de Fédrun à St Joachim.
.
Dans ce micro village aux allures presque normandes tant les chaumières y sont magnifiques, se love un hôtel-restaurant très cosy, original, une sorte de "relais du silence", la Mare aux Oiseaux (voir également ICI).
.
Un peu de repos, une bonne douche et nous arrivons dans la salle de restaurant pour profiter d'une parenthèse tant attendue à l'occasion de nos 30 ans de mariage. Un rapide conciliabule nous aiguille vers le menu "Carte blanche" au chef, choix que nous ne regretterons pas !
.
Atmosphère, atmosphère
.
Amuse-bouche top slurp !
.
Amuse-bouche (suite) top slurp (suite)
.
Polenta d'amarante à l'héliantis, artichaut au lard de colonata et anguille fumée
.
Foie gras pressé aux champignons noirs et encre de seiche, quelques encornets grillés
.
Blini de chou-fleur, safran, huitre grillée
(sans huitre pour moi)
.
Noix de St Jacques,crème d'olive verte et mandarine
.
Dos de cabillaud au citron mexicain, courge, châtaigne, truffe, noisette et mâche Nantaise
.
?
.
Fondant betterave et raisin, crème Bordier et caviar de Sologne
.
Vous n'aurez pas le Canard sauvage, condiment églantine et fenouil confit au lard fumé. Un 'simple' oubli de photographie de ma part, sans doute étreint par l'émotion et le plaisir ...
.
Chocotruffe (fourme d'Ambert, crème fouettée et chocolat blanc)
.
La Citrouille carotte orange et gingembre confit
.
C'est une magnifique cuisine, plutôt originale dans l'association des saveurs, mais toujours très juste et goûteuse. Un service irréprochable, à la fois précis et décontracté, une carte des vins serrée mais juste et un sommelier de très bon conseil. Donc, pour les vins, ...
.
En apéritif, un Auxey-Duresses blanc 2012, Benjamin Leroux : un joli chardonnay sur un registre assez gras et rond, une belle tension acide, des notes d'élevage modérées et un côté traçant amer en final salivant. Très Bien +
.
Un Graves, Grand Cru de Léognan, château Carbonnieux 1969 (carafé une heure puis servi sur deux heures) : le vin de la soirée sans contestation possible. Une robe dorée assez évoluée, d'une grande brillance et d'une limpidité cristalline. Le nez est magnifique. Point de notes de "pipi de chat" ou de buis mais une empreinte minérale patinée par les ans, des notes miellées, une acidité fine et fruité et des touches confites. En bouche, le vin est marqué par une jeunesse insolente, une sorte de parangon du sauvignon (et du sémillon). C'est à la fois tendu, rond, tapissant et nerveux. Un compromis idéal entre corpulence et élégance. Finale extraordinaire sur des notes miellées, presque botrytisées (sans sucres), et des notes de truffe ! Aucune évolution "négative" pendant la dégustation. Exceptionnel !
Un grand merci à l'équipe, à Eric Guerin et à Cyril, sommelier en chef pour cette bouteille qui n'est pas à la carte ...
.
Un Saumur-Champigny, le Bourg 2005, Clos Rougeard (carafé 3 heures) : Après le parangon du sauvignon, voici le parangon du Cabernet Franc (je sais, je me répète parfois). Une robe rouge sombre très profonde. Un nez explosif et très vineux, sur les fruits noirs, la réglisse, le cassis, le tabac blond. Bouche énorme et structurée, sur une charge tannique abondante, élégante malgré un côté encore un peu anguleux (un grain tellurique du plus bel effet), mais vite aplani par une sensation crémeuse vive (plus précisément, de la crème sans le gras !). Fruité intense, acidité du Cab'Franc, notes très mûres mais pas confites, une sensation ferme et soyeuse qui perdure longtemps, longtemps. C'est jeune bien sur, mais déjà une matière minérale magnifique. Accord avec la betterave (si si !) et le canard magique.
Encore un vin virtuel qui s'est révélé ...
.
Une excellente adresse que je vous recommande.
.
Conclusion. J'ai été une nouvelle très raisonnable : pas de digestif, pas d'achat de couteau malgré un Morta qui m'a fait de l'oeil toute la soirée. Une sorte (de mauvais) alibi pour revenir en Brière.
.
.
Bruno

Préambule

.
.
.
Vite, au chaud en attendant le meilleur !
.
.
.
Bruno

2 novembre 2014

Vins de Toussaint

A la Toussaint, on fête tous les saints mais cela n'empêche pas de nous rappeler de ceux qui nous ont quitté récemment. En leur mémoire, quelques vins dégustés ce week-end.
.
Puligny-Montrachet, 2008, Paul Pernot : un Chardonnay assez typique, amandes grillées, une belle amertume en bouche, une minéralité fine mais malheureusement un manque d'aromaticité et un côté monolithique monotone. Pas de défaut mais manque de complexité. Bien +
.
Languedoc Pic Saint Loup, Ermitage du Pic St Loup, cuvée Sainte Agnès 2010 :une belle aromaticité, une structure tannique élégante, un côté sudiste mesuré mais présent (aromatique, réglissé zan, pointe d'épices et de violette), une acidité granuleuse suave et enrobante. Persistance en bouche juste mesurée. C'est très concentré en juteux. vraiment bien fait. Très Bien +
.
Chassagne-Montrachet, premier cru les Chaumées, clos de la Truffière 2008, Michel Niellon : un vin très floral, complexe, avec des notes de fruits jaunes, une belle corpulence (tant sur la longueur qu'en largeur), un grillé avenant et une tension salivante en finale. En retour, notes de sous-bois, de champignons et presque de truffes. Beau côté salin qui étire nos sensations. Excellent
.
Nuits Saint Georges, premier cru les Rues de Chaux 2008, Georges Chicotot (magnum) :un vin minéral à souhait, sur une assise tannique qui possède un grain élégant, allié à un fruité déjà bien patiné (feuilles mortes). Des notes de ronces et de végétal noble sur une structure de demi-corps typée sur le café torréfié Encore une belle acidité de jeunesse mais très beau. Très Bien +
.
.
Bruno

26 octobre 2014

Miscellanées de Bourgogne

Quelques souvenirs d'un magnifique week-end bourguignon, ensoleillé et plein de belles choses.
.
Un p'tit domaine où je m'autoriserais bien une allocation !
.
Corton, vers et depuis !
.
La vierge de Pernand
.
Saint Romain, vignes, château et falaises
(et accessoirement mon premier "vrai" bourgogne blanc)
.
Variations autour des ruines de l'abbaye de Ste Marguerite de Bouilland
.
.
Bruno