9 juillet 2011

Retrouvaille à Amiens

Pour cause d'hibernation prolongée de notre GO Laurent, il était déjà loin le temps où nous montions le cœur léger et la voiture lourde pour un samedi de dégustation-repas dans le cadre informel d'un cercle de dégustation régional issu d'un forum de discussion bien connu.
.
Mais, ô miracle, notre Laurent, le prince du cabernet Franc, le roi du Ch'nin, a repris gout à la vie et organisé en ce samedi une dégustation dont le thème nous a immédiatement séduit : partager quelques vins entre amis !!!
.
Aussitôt dit, aussitôt fait, nous voilà en route pour cette bonne ville d'Amiens où nous avons revu avec joie les "biloutes de Sains" (auxquels il faut rajouter Nicolas, Philippe et Romuald), Stéphane, et des voisins wallons qui ne rêvent qu'à une annexion de la France (Alfonso et Olivier).
PS : Un grand merci à Alfonso qui a régulièrement distrait l'assemblée avec son jeu "Joue avec la clim" !
.
Voici la liste des réjouissances.
.
Commençons par les blancs
.
Montlouis sur Loire, La Croisée des Chemins sec 2010, Valérye Mordelet : un joli nez très frais, tendrement aromatisé, légèrement vanillé. Après longue aération, le vin semblerait sauvignoner. Par contre, la bouche est très (trop !) acide et courte. Je n'ai pas aimé.
.
Côtes du Jura Chardonnay, Cuvée Chanson 2008, domaine Champ d'Etoiles : bouchonné !
.
Corbières, La Bégou 2010, Maxime Magnon : le nez est un peu muet, légèrement vanillé. Le vin montre un bel équilibre en bouche, assez expressif sur des notes florales. Il manque toutefois un petit plus pour en faire un très beau vin. Léger boisé en finale. Assez Bien.
.
Chablis Premier Cru Mont de Milieu 2004, La Chablisienne : nez classique du Chablis, sur des notes minérales et de coquilles d'huitres. Belle bouche de chardonnay mûr, tendue, grillée et présentant une amertume noble et salivante. La violette apparaît après aération. Tension finale perceptible. BIEN+++
.
Chassagne-Montrachet Premier Cru Les Chaumées Clos de la truffière 2008, domaine Michel Niellon : nez typiquement chardonnay, floral et sur les amandes grillées. Magnifique bouche complexe, sur un faux-gras équilibré par une jolie acidité. L'amertume noble est de nouveau présente, sur un équilibre plus riche que le précédent. Très long. TRES BIEN.
.
Arbois, Terres de Gryphées 2008, domaine de la Tournelle : un nez quasi-muet, une bouche maigre, amère et évoquant le cidre. Problème de bouteille ?
.
Saint Chinian, Mas de Cynanque 2009 : un nez floral, frais, légèrement abricoté et ample. Une bouche à l'avenant, ample, grasse, florale (violette) et fruitée (abricots), sur un registre qui m'évoque le Condrieu. Belle finale glycérinée, saline et salivante. BIEN+++.
.
Corse Figari, Grande Réserve Blanc, Cuvée Alexandra 2007, domaine de Tanella : un nez assez boisé qui masque l'ensemble. Une bouche boisée, lactée et sur le caramel. Pas mon type de vin.
.
Anjou, Bonnes Blanches 2003, domaine Jo Pithon : un nez typé sur l'alcool à brûler, une bouche riche mais amère, qui me semble dissociée (boisé, sucré, ...). A revoir ?
.
Montlouis sur Loire, le Volagré 2007, Stéphane Cossais : ultra-acide. Sans commentaire.
.
Alsace, Grasberg 2002, Marcel Deiss : un nez citronné, sur des notes pétrolées agréables et d'oranges amères. Après aération, on remarque une certaine floralité et des notes charbonnées très complexes. La bouche est opulente, sur un équilibre demi-sec, mais sans lourdeur. Complexe, long et droit. Finale sur les fruits exotiques. EXCELLENT.
.
Intermezzo.
.
Crémant d'Alsace Chardonnay, domaine Stoeffler : nez boisé et vanillé un peu prégnant. Par contre, la bouche est déséquilibrée et dissociée, entre sucre et acide. Notes souffrées. Bof.
.
Les rouges maintenant.
.
Morgon Corcelette 2010, Daniel Bouland : un nez de gamay mur et frais, sur la framboise acidulée, avec ce supplément de vinosité déjà détectable au nez. La bouche est tendue, certes un peu acide, mais qui construit un agréable vin de demi-corps aujourd'hui, en devenir. Morgonne doucement en finale, avec ce toucher de bouche caractéristique. TRES BIEN.
.
Côtes du Jura Pinot Noir 2009, domaine Champ d'Etoiles : premier nez qui évoque le pinot ... mais qui devient vite (trop vite ?) animal / évolué. Une bouche honnête, peut-être un peu chaude et courte en finale. Un beau retour du fruit par contre. BIEN.
.
Chorey les Beaune 2006, Joseph Drouhin : très joli nez de pinot légèrement évolué. Une bouche qui a de la mâche, sur une belle minéralité terrienne cassissée, que j'ai prise pour gibriacoise ! Belle persistance en bouche. TRES BIEN++.
.
IGT Umbria, Campoleone 2004, domaine Lamborghini : un nez de cabernet mur, portant une belle amertume et un boisé noble. La bouche est assez tannique, sur le grillé, le boisé et le café torréfié. Finale assez sympathique et agréable. BIEN++.
.
DOC Langhe, Cuvée Kyè 2007 (cépage Freiscia), domaine G.D. Vajra : ultra-tannique. Je passe.
.
Châteauneuf du Pape, Boisrenard 1999 : un nez sudiste sur une demi-évolution. La bouche est bien tendue par une belle acidité / minéralité. Le boisé est encore légèrement perceptible. Un vin qui a de la mâche, avec une belle finale. BIEN+++.
.
Châteauneuf du Pape, Vieux Télégraphe 2004 : un nez plus épicé et confit. La bouche est construite sur une acidité plus mesurée, avec des notes de violette, de fleurs et une salinité intéressante. BIEN+.
.
Châteauneuf du Pape, Vieille Julienne 2001 : très belle aromaticité, tant au nez qu'en bouche. Très corpulent mais élégant, la figue, la garrigue et le cèdre sont présents. Notes de galets chauds et de silex tapés. Belle finale fraîche, sur une amertume noble. TRES BIEN+++.
.
Côtes de Provence, domaine Hauvette 2001 : bouchonnée.
.
Côteaux du Languedoc, Ma non troppo 2005, domaine Lacroix-Vanel : déséquilibré en bouche, ultra-tannique, amer et sucreux. Je passe.
.
Trois jokers pour le repas.
Riesling, Cuvée Frédéric Emile 2001 (cuvée 375), Trimbach : les jours se suivent et se ressemblent. Je n'apprécie guère ce vin.
.
Volnay Premier Cru Taillepieds 2001, domaine de Montille : on entre ici dans la Bourgogne cistercienne, un beau pinot encore jeune au nez, une bouche qui possède une belle mâche, sur un registre discret au premier abord mais d'une longueur .... Malgré quelques tannins encore récalcitrants, j'ai bien aimé. BIEN++.
.
Coteaux d'Aix en Provence, Lauze 2007, Karina et Guillaume Lefèvre : ne m'a pas particulièrement marqué.
.
Douceurs avec le dessert.
.
Vin de Table, cuvée Zéro de Conduite, domaine Les Foulards Rouges : Aigre-doux, muscaté sans élégante. Je passe.
.
Savennières Roche aux Moines doux, cuvée les Abbesses 2008, domaine Laroche : un nez un peu muet et une bouche peu en place, plutôt fluette. Une déception.
.
PX 1927, Alvear : très alcooleux au nez, une grosse sucrosité en bouche ... mais sans élégance. Le seuil de saturation est certainement atteint.
.
Voilà, une très belle dégustation où nous avons eu plaisir de retrouver nos amis ch'tis ainsi que quelques émigrés wallons.
.
Bonne vacances à tous car la saison des dégustations tire à sa fin en attendant quelque repos bien mérité.
.
.
Bruno

5 commentaires:

Gwenola a dit…

C'est tout ?

Bobosse92 a dit…

J'ai oublié, Badoit le soir !

Alfonso a dit…

ça c'est du rapide! Au plaisirde Re-degusté ensemble et cette fois-ci sans la Clim' ;-)

Bobosse92 a dit…

A Knotte le Zoute, il parait que là-bas il n'y a pas besoin de clim

Bobosse92 a dit…

L'ami Laurent ayant du mal à poster un commentaire, voici ce qu'il m'a écrit :
" Content de vous avoir revu. Les deux papys du Muppet Show étaient en pleine forme. ;-)))
Ben alors Bruno, t'as un problème avec l'acidité! Moi j'ai bien aimé La Croisée des Chemins, j'ai adoré le Volagré 2007 et sous le charme du Savennières doux 2008 qui sans avoir une grosse liqueur, fut d'un subtil équilibre.
Par contre comme toi j'ai fortement apprécié le CNdP de la Vieille Julienne 2001! Miam! je pars de suite à leur recherche...
Laurent
"