17 novembre 2012

Dégustation Alain Brumont aux Caves de Marly (78)


Château Montus à gauche - Château Bouscassé à droite
Crédit photographique : www.brumont.fr
.
Il y avait bien longtemps que je n'étais pas allé aux Caves de Marly pour une dégustation, faute à des emplois du temps peu compatibles. Pour une fois, en ce samedi de novembre plutôt frais et gris, aucune obligation ni contrainte. Donc, me voilà fin prêt pour la dégustation des vins des domaines Alain Brumont (château Bouscassé et Montus), tant en blancs (secs et doux) qu'en rouges, en compagnie de l'ami François.
.
Remarques liminaires
Madiran. D'origine gallo-romaine, le madiran est un vin rouge produit à 40 km au nord-est de Pau, sur une aire d'appellation de 1300 hectares, composée essentiellement de terrains détritiques et sédimentaires, à cheval sur les trois départements du Gers, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques. Le cépage majoritaire est le tannat, complété par les cabernet-sauvignon, cabernet franc (bouchy), fer-servadou (pinenc). Traditionnellement, les madiran sont des vins tanniques et colorés qui supportent bien un élevage sous bois. Ils demandent une longue garde avant de pouvoir apprécier pleinement leur caractère à la fois sensuel, charnu et charpenté. Quelques cuvées moins riches en tannat sont plus souples et plus fruitées, un élevage plus "léger" leur permettant d'être consommées plus jeunes. 
Pacherenc du Vic Bihl. Né sur la même aire d'appellation, le Pacherenc du Vic Bihl est un vin blanc sec ou moelleux dont le nom provient du gascon, et qui signifie littéralement « piquets en rang du vieux pays ». Il est principalement composé de cépages locaux tels que le petit courbu, le petit manseng, le grand manseng et l'arrufiac, parfois complété par le sauvignon. Le Pacherenc est soit sec soit moelleux, avec toujours une belle acidité de structure alliée à un gras élégant et à une palette aromatique extrêmement riche. Si les vins secs - sur des notes d'agrumes, de fruits exotiques et de miel - sont à boire jeunes, les moelleux, issus de raisins passerillés et non botrytisés (la peau des raisins étant trop épaisse), avec des notes complémentaires d'amandes et de noisettes - ont une garde plus importante.
.
Bouscassé. Situé à flanc de coteaux de part et d'autre de la colline calcaire de Maumusson, le terroir du château de Bouscassé est composé "des plus belles variétés d'argiles du Sud-Ouest".
Montus. Acquis en 1980 par Alain Brumont, le terroir de château Montus est quant à lui composé de gros galets roulés.
.
Place maintenant à la dégustation.
.
Pacherenc du Vic Bihl sec, Jardins de Bouscassé 2009 : assemblage de Petit Courbu et de Petit Manseng elevés sur sols argilo-calcaires, il révèle un nez très exotiques, principalement sur l'ananas, avec une pointe complémentaire de fruits exotiques et de pamplemousse. La bouche est tendue et presque tendre à la fois, sur des notes d'ananas. Un peu court, avec une finale un peu "tight". Bien
Pacherenc du Vic Bihl sec, château Montus 2009 : Petit Courbu issu d'un terroir de galets, le nez est déjà très prometteur, légèrement rôti, un joli boisé qui soutient une floralité très élégante. La bouche se présente sur une réduction qui me plait beaucoup, demi-gras bien enveloppant, ample, très long, et qui se termine par une sensation de "tendreté" (légères traces de SR ?) élégante et vivifiante. Très Bien +
.
Madiran, château Bouscassé 2009 (50 % de Tannat, 25+25 % de Cabernet Sauvignon et de Cabernet Franc) : magnifique nez sur un fruit éclatant, typé cerises rouges, une pointe de pruneau en complément (léger). C'est déjà profond. La bouche est sur un même équilibre frais, fruité et 'presque' léger. La sensation tannique est bien présente. Peut-être un peu court en final. Bien +
Madiran, château Montus 2009 (80  % de Tannat, 20 % de Cabernet Sauvignon) : nez clairement sur la cerise et la prune. La bouche franchit un palier dans la force tannique, mais avec des tannins qui savent rester frais quoiqu'encore anguleux (mais le vin est un bébé à ce stade). Belle tension acide qui offre au vin une impression de tension et d'élégance. Granulosité intéressante, ce qui confère au vin un toucher de bouche de bon aloi. Très Bien
Madiran, château Bouscassé Vieilles Vignes 2006 (100 % Tannat) : impression de fruité intense, sur les fruits rouges et noirs. La structure est globalement corpulente, mais avec un je ne sais quoi de retenu (phase de fermeture ?). Sans doute à revoir
Madiran, château Bouscassé Vieilles Vignes 2009 (100 % Tannat) : si le nez apparaît au premier abord discret, une légère aération permet de déceler un vin très charpenté, avec toujours un substrat sur les fruits. La bouche est équilibrée, fraîche et élégante, malgré une très grosse charge tannique. Finale très persistante, sur des notes réglissées. Très Bien ++
Madiran, château Montus, cuvée Prestige 1999 (100 % Tannat) : élevage en fûts neufs. Nez fondu et sur une belle évolution, entre cerises à l'alcool, kirsch et rose fanée (presque bourguignon !). Des notes complémentaires de cuir tanné, de fourrure et d'animal à poil. La bouche est complètement raccord, avec un fondu qui reste encore jeune. Peut faire penser à l'évolution de certains châteauneuf aussi ... Finale fraîche, persistante, sur une dernière impression de galets chauds. Excellent
Madiran, château Montus, cuvée XL 1999 (100 % Tannat) : cuvée produite uniquement les grandes années. Le vin bénéficie d'un élevage haute-couture, de 40 mois, dans des fûts neufs de 600 litres. Le premier nez rappelle le vin précédent, avec toutefois un basculement très net vers l'animal, le cuir et la fourrure, sans sacrifier au fruité. Bouche encore plus imposante, toujours élégante, mais que j'ai trouvé un peu en retrait par rapport au Prestige. Léger creux en milieu de bouche ? Très Bien ++
Madiran, la Tyre 2006 : cuvée parcellaire, produite uniquement les grandes années. Le vin est élevé dans des barriques de chêne neuf de 110 litres pendant un an. Ce vin de 'marque' se caractérise par une association de fragrances de fruits noirs (cerises) et de tannins. Grosse bouche équilibrée, avec des tannins élégants et déjà bien polissés. Finale très longue, qui laisse une impression de fraîcheur et qui fait claquer la langue. Excellent
.
Nous terminons la dégustation par deux douceurs, dans deux styles complètement opposés.
Pacherenc du Vic Bihl doux, Vendemiaire 2009 : le nez est parfaitement confit, sur la pâte d'amandes (la décence m'interdit de parler de l'angélique fourrée de François), les fruits blancs et une note presque perlante, plus précisément vivifiante. La bouche est sur un registre d'élégance, sucrosité mesurée, tendue avec une finale sur une belle acidité. C'est encore une fois élégamment rôti, avec quelques sensations d'écorces d'orange. Très Bien +++
Montus, Vintage 2008 : issue de Tannat passerillé, cette curiosité est très typées fruits rouges, à mi-chemin entre un jeune porto (sans la structure) et un Maury (sans le rancio). Une pointe de cannelle est perceptible. La bouche joue sur un équilibre de demi-corps, la sensation d'alcool est à peine décelable. C'est une crème de fruits (au sens liqueur), très digeste et fruitée. Très Bien ++
.
Une bien belle gamme, tant pour les blancs que pour les rouges, dont la réputation tannique et rustique colle trop souvent à la peau de cette appellation Madiran. Force est de constater que le tannat bien travaillé peut conduire à des vins charmeurs.
.
Voilà, nous terminons la matinée par quelques amuse-bouche issus de la « Ferme de Beleslou » dans les Landes : jambon de porc noir gascon, magret de canard séché, magret de canard fourré au foie gras et foie gras mi-cuit ... avant de reprendre le chemin de nos domiciles respectifs.
.
.
Bruno

2 commentaires:

François a dit…

Ça c'est de la réactivité... :-)

Bobosse92 a dit…

Cher ami, il faut battre le fer tant qu'il est chaud comme on dit, surtout à nos âges où la mémoire flanche parfois !