9 novembre 2010

Le Meursault d'Alain Gras

Ce soir, parce qu'il "traîne" encore un morceau de foie gras au sel d'Alban Laban qu'il serait dommage de perdre, et surtout pour arroser ma toute fraîche certification ISO 9001 version 2008, j'ai décidé d'ouvrir un Meursault 2004 d'Alain Gras.
.
Autant le dire immédiatement, j'ai adoré ce vin sans prétention, qui ne revendique même pas l'appellation de "vieilles vignes". Une impression de faux gras, un peu sur le mode des liquoreux doux-amers, le côté noiseté élégant, une pointe grillée, un beurré mesuré, presque mentholé, l'équilibre en bouche entre sphéricité et tension (légèrement glycériné), une structure élégante, des notes rafraichissantes et anisées, et surtout une finale qui n'en finit pas, salivante à souhait, sur le fenouil. On y revient avec grand plaisir.
.
Vraiment un très beau Meursault.
.
.
Bruno

2 commentaires:

François a dit…

Cher ami, je sens comme une certaine défiance à l'égard des "Vieilles Vignes"... Comment cela se fait-ce ?

Bobosse92 a dit…

Va savoir Charles !!!