15 mars 2013

Un bon repas et des bons vins chez des bons amis

Rien de tel qu'un repas entre amis pour se remettre d'une dure semaine de labeur. En ce vendredi soir, nous nous retrouvons donc en terre bien connue, sous le fallacieux prétexte de préparer un prochain voyache dans l'autre pays du vin (et ce n'est pas la Hollande !).
.
Comme à leurs habitudes, nos hôtes nous ont concocté un repas d'une finesse égale à leur amitié, le tout accompagné de vins de noble origine comme le prouve la photo ci-dessous
.
En apéritif, un vin de la Nahe, Riesling Spätlese, Nordheimer Kirschheck 2007, Dönnhoff : un nez d'une très grande finesse, très élégant, floral, sur les fruits jaunes, une pointe exotique en sus (ananas confit). A l'aération, quelques notes pétrolées. C'est déjà trsès salivant ! En bouche, c'est la complexité qui domine. Une attaque plutôt ronde, mais qui laisse rapidement place à un substrat minéral (salin) qui étire le vin. Finale sapide, avec une pointe caramélisée (caramel amer) excellentissime. Belle corpulence qui sait rester fraîche. Excellent
.
Avec une entrée composée d'un tartare de saumon et ses lentilles 'al dente' (appellation non controlée), un Puligny Montrachet, Premier Cru Clos des Caillerets 2001, domaine des Lambrays : OXYDE !
On - les très grands spécialistes de la Bourgogne, qu'ils soient vignerons, webmestres ou critiques - nous explique en long, en large et en travers que le problème de l'oxydation rapide des bourgognes blancs est résolu (la faute à des bouchons de piètre qualité ...).
Force est de constater une fois de plus que les soi-disant compétents se sont encore plantés de façon magistrale. 11 ans pour un Puligny premier cru, je suis désolé mais c'est (normalement) encore jeune.
.
Pour nous venger de cet affront, avec des magrets de canard et sa cocotte de brocolis au parmesan, un Vin d'Australie, Penfolds, Grange Hermitage 1975 : un premier nez sur les fruits intenses, plus rouges que noirs d'ailleurs. Un supplément de profondeur et d'aromaticité. Quelques fragrances évoluées comme les feuilles mortes et les pétales de rose viennent complexifier le vin sans nuire à sa jeunesse ! En bouche, c'est magnifique de toucher, sur un registre dense mais élégant et frais (totalement différent de la Syrah française). Charge tannique présente, bien intégrée, et qui laisse une sensation de caractère sur les papilles. Epice légère, notes de cuir et de réglisse. Un grain en bouche exceptionnel. Finale presque "bordelaise", sur le goudron, le résiné, et une pointe d'amertume noble qui allooooooooooonge le vin. On ne demande qu'à se resservir  pour prolonger le plaisir. Sublime.
.
Avec le plateau de fromages, un Meursault, Premier Cru Genevrières, cuvée Baudot 2002, Hospices de Beaune, élevé et mis en bouteilles par Morey-Blanc : un vin bâti sur une construction très minérale et tendue dans un premier temps. C'est plutôt corpulent et élégant. Un manque d'aromatique et de longueur toutefois. Avec une aération un peu plus conséquente, reprise d'un joli gras, qui complète efficacement mes premières impressions. Noisettes grillées, notes d'amandes douces, élégant gras glycériné qui prend petit à petit de la corpulence pour finir sur des notes nettement plus gourmandes. Très Bien ++ (sans doute un carafage eut été bénéfique).
.
Pour finir, sur un dessert de pain d'épices et ananas oranges grillées, un Sauternes Premier Cru Classé, château Lafaurie-Peyraguey 1983 : un nez explosif, à la fois exotique, sur les fruits jaunes confits (ananas, oranges et abricots), rôti et grillé (presque sur le tabac blond), dégageant une première sensation de fraîcheur. La charge de sucres semble mesurée. En bouche, l'impression est totalement confirmée. C'est magnifique de droiture, le vin étant porté par une acidité assez surprenante pour un Sauternes. Corpulent, tendu et safrané, des sucres discrets, des notes complémentaires de café torréfié et de zestes d'orange sur un substrat d'ananas confits. En finale, extrême finesse malgré la charpente (un côté liqueur très agréable) et de magnifiques amers presque réglissés. Oh nom de diou, c'est bon ça ! Sublime.
.
Encore une fois une très belle soirée qui s'est prolongée tard dans la nuit.
.
La suite très très bientôt ...
.
.
Bruno

4 commentaires:

Babe a dit…

Harg l'alcool joue de bien vilains tours !!! Le dessert etait bien du pain d'epices poele mais le fruit de l'orange et non de l'ananas !!! Pfffff trop de bouteilles nuisent !!!! Bisous bisous

Bobosse92 a dit…

A jeun, tout va beaucoup mieux !

Bruno

Babe a dit…

Puisque nous en sommes aux erreurs dues, soit a l'age, soit a l'abus de vin !!!! permettez moi, cher ami de vous signaler qu'il ne s'agissait pas d'un tartare de saumon, mais d'un dos de saumon fumé. Pffffff !!!!!

Bobosse92 a dit…

Pointilleux rime avec ... vieux !!

Nà !

Bruno