23 mars 2013

Le Salon des Vignerons indépendants

Ce week-end, se tient le Salon des Vignerons Indépendants (session de printemps) à l'espace Champerret à Paris. Me voilà donc en ce samedi matin prêt pour quelques dégustations connues et moins connues, dans l'ordre chronologique.
.
Domaine aux Moines à Savennières
Des vins toujours au top, et de mieux en mieux définis et minéraux avec le temps !
Savennières, Roche aux Moines 2010 : un nez complexe, d'abord très floral et exotique, puis fleuri et sur les fruits exotiques, me rappelant certains "auslese" mosellans. La bouche est d'une tension minérale terrienne, granuleuse et sapide. C'est fin et salin, avec une persistance onctueuse très agréable. Excellent
Savennières, Roche aux Moines 2011 : un nez plus tendu, plus discret au premier abord, mais d'une définition superlative. Notes d'ananas et de citron. En bouche, la minéralité est plus fine, avec une superbe longueur en bouche. Très grand équilibre sur le fil du rasoir, grande élégance florale en finale. Ira sans doute plus loin que le 2010. Excellent ++
Savennières, Roche aux Moines, cuvée les Moines 2010 : un long élevage sous bois lui donne ce nez très exotique, confits, sur des notes semi-oxydatives élégantes. On décèle la jeunesse du vin par une légère pointe d'élevage. En bouche, c'est très puissant, minéral (toujours), sur un même équilibre semi-oxydatif. La finale est perlante, presque saline. Excellent +
Savennières, Roche aux Moines 1999 : un nez légèrement évolué à mon gout, avec encore des notes d'agrumes fraîches. La bouche me déçoit un peu, plutôt sur un équilibre de rondeur, un peu "chaude", manquant de tension et de longueur. Bien
Savennières, Roche aux Moines 1994 : un nez presque "Sauternes", sur l'ananas rôti et des notes d'abricots. La bouche, quoique un peu fermée, est traçante, minérale à souhait, avec une belle aromatique en finale. Sur cette bouteille ouverte juste à la dégustation, je pense qu'une légère aération lui eut été profitable. La preuve en est apportée par le "fond" de bouteille ouverte la veille. Si le côté oxydatif est bien présent, le vin est plus ouvert, encore plus aromatique et surtout plus puissant. Très Bien ++
Savennières, Roche aux Moines 1992 : un équilibre subtil entre tension et notes tertiaires. Cire et encaustique au premier nez, toujours sur un registre frais. Puis les agrumes et l'ananas apparaissent et complètent avec bonheur ces impressions. Bouche ultra-complexe, confite, cireuse dans le bon sens du terme, tendue par sa minéralité ... mais avec un léger gras en finale. Excellent ++
Nous finissons la dégustation par un moelleux, le Savennières, Roche aux Moines, cuvée les Nonnes 2011 : un nez toujours très élégant, à peine sucré, légèrement confit et grillé, une pointe rôti en supplément. La bouche me paraît un peu décharnée et déséquilibrée, mais j'ai toujours du mal avec la conjonction Savennières et sucres. La finale est toutefois très agréable, veloutée et minérale à la fois. Bien ++
.
Domaine Alain Gautheron à Fleys
Une vraie déception sur ce domaine qu'on m'avait recommandé (avec un supplément un rythme de dégustation digne d'un véritable sprinter).
Chablis 2011 : un nez assez chablisien, sur la coquille d'huitre et l'iode. Belle définition en bouche, de demi-corps. Un vin simple mais bien fait. Bien
Chablis, Emeraude 2010 : un nez plus typique, une grosse tension en bouche, très belle minéralité fine. Finale un peu grasse et ronde. Bien +
Chablis VV 2011 : nez feermé et peu expressif. Bouche assez bien construite. Grosse acidité toutefois. Légère perception d'élevage, ) intégrer. Bien -
Chablis, Premier Cru Vaucoupin 2011 : encore un vin fermé, mais une bouche qui se révèle opulente, grasse et acide. Assez Bien
Chablis, Premier Cru Mont de Milieu 2011 : construction plus florale au nez. Même style en bouche, sans doute un degré de minéralité en sus. Bien
Chablis, Premier Cru les Fourneaux 2011 : un très beau nez chablisien typique (enfin un !). La bouche est malheureusement en retrait net, avec toujours ce gras presque incongru. Bien
Chablis, Premier Cru les Fourneaux VV 2011 : plus de puissance et de corps sur ce vin. Sans doute le meilleur de la série, avec une pointe de sapidité et de tension en finale (malgré ce gras ...). Bien ++
Chablis, Premier Cru Mont de Milieu 2010 : grosse tension palpable, mais un peu décharné et surtout trop grasse en finale. Bien
Chablis, Premier Cru les Fourneaux 2010 : pas dégusté !
.
Domaine Dupasquier à Jongieux
Une très belle gamme de blanc, avec en point d'orgue le fameux Marestel (et non pas Morastrel ...).
Jacquère 2011 : un nez très frais, fin et immédiat, floral, légèrement fumé (suie). La bouche est de demi-corps mais bien construite, fraîche, associant une légère rondeur à une acidité élégante. Finale très équilibrée. Très Bien
Chardonnay 2010 : un nez très fleuri, sur la rose et les fleurs capiteuses, une pointe de fruits exotiques en sus. La bouche est typique du chardonnay, avec toutefois des sucres résiduels perceptibles. Bien ++
Roussette de Savoie, Altesse 2010 : très joli nez fumé et (presque iodé !). Ca respire les fruits frais. La bouche est complètement raccord, tendue, fraîche, sérieuse. Finale complexe, associant salinité et léger gras bien intégré. Très Bien 
Roussette de Savoie, Altesse de Marestel 2009 : un nez plutôt fin et délicat pour le millésime, sans notes de SR. La bouche est éminemment corpulente, saline, dotée d'une définition aromatique surprenante. Très belle et longue finale. Excellent
.
Domaine Catherine et Pierre Breton à Restigné
Un domaine que j'ai tort de négliger parfois car tant l'homme que les vins sont hautement sympathiques et recommandables.
Commençons par deux vins issus de terroirs de graviers
Bourgueil, la Dilettante 2011 : un nez explosif et gourmand, sur les fruits rouges et noirs. La bouche est également très gourmande, bien lissée par des tannins civilisés. Magnifique finale explosive, sur les fruits. Un vin de copain déjà top slurp aujourd'hui. Très Bien
Bourgueil, les Galichets 2011 : un peu d'évolution au nez, sur un substrat plus vineux (vieilles vignes). La bouche est bien construite, plus tannique en finale que le précédent. Pointe d'élevage restant à se fondre pour donner également un joli vin de soif (mais j'ai beaucoup soif). Bien ++
Passons ensuite aux vins de terroirs argilo-calcaires ou argilo-siliceux
Bourgueil, Clos Sénéchal 2010 : Un nez coup de coeur, intense, profond, suave, fruité à souhait. La bouche est construite sur une très belle acidité. Belle charge tannique présente, mais élégante. Finale tendue, magnifique. Excellent
Bourgueil, les Perrières 2009 : un vin qui présente un gros potentiel, tant au nez qu'en bouche, mais j'avoue que j'ai un peu de mal avec le millésime 2009 en ce moment. Un vin de très grande garde assurément. Très Bien ++
Pour finir, un "vieux" millésime avec ce Bourgueil, les Perrières 1994 : changement complet de registre avec un vin pâtiné par l'âge, une élégante évolution sur le fumé et la feuille morte. La bouche est totalement fondue, fraîche et évanescente. Sans doute un peu trop à mon gout. Un peu léger en finale. Bien ++
.
Domaine Anne et Hervé Sigaut à Chambolle Musigny
Des bourgognes comme on les aime, fruité, denses, élégants ... et abordables au niveau tarif (loin de tous ces prétentieux qui nous collent allègrement 20 % tous les ans). Merci Madame et Monsieur.
Puligny-Montrachet, les Enseignères 2010 : c'est floral, minéral fin et corpulent. En bouche, belle définition sur un registre complexe, à la fois fin et corpulent. La finale est légèrement marquée par l'élevage (vanillé léger), mais le grillé et l'amande du chardonnay supportent ce défaut de jeunesse). Très Bien
Chambolle-Musigny, les Beaux Bruns 2010 : un nez typique de pinot jeune, sur les fruits murs, une sorte de dentelle fumée au nez. Si la bouche est légère, elle n'est pas rachitique. C'est élégant, presque gouleyant. Finale fumée. Très Bien
Chambolle-Musigny, Premier Cru les Noirots 2010 : on monte d'un cran avec ce cru. Nez moins immédiat mais dégageant une sorte de suavité presque sensuelle. La bouche est corpulente, bâtie sur de beaux amers nobles et salivants. Exceptionnelle finale sur les fruits et la réglisse. Excellent
Chambolle-Musigny, Premier Cru les Chatelots 2010 : globalement, une impression de plus grosse charpente sur ce vin, sans doute moins élégant au nez. Par contre, la bouche est d'une suavité profonde ... Léger décalage toutefois entre nez et bouche. Très Bien
Morey Saint Denis, Premier Cru les Milandes 2010 : un vin qui ne possède pas la distinction des précédents. Un côté épicé prégnant mais manquant d'élégance. Bien
.
Château Cabrières à Chateauneuf du Pape
Des Chateauneuf à prix doux pour des vins qui demande une garde assez longue.
Chateauneuf du Pape, Grand Rocasson 2008 : ce vin, composé à 50/50 de jeunes vignes de syrah et de grenache, se caractérise par une approche fine au nez. La bouche est de demi-corps (pour un C9P), plutôt épicée, mais sachant rester florale et fraîche. Jolis amers poivrés en fin de bouche, mais un peu court. Bien ++
Chateauneuf du Pape, cuvée Tradition 2009 : beaucoup plus de profondeur au nez, sur un registre syrah (épices, violette, floral), sachant que la cuvée regroupe syrah : grenache / cinsault et mourvèdre. La bouche est plus ronde en attaque, très aromatique. Belle amertume en finale, un peu type pierre à fusil. Très Bien
Chateauneuf du Pape, Pontificis Ebrius 2001 : les 13 cépages (question du Trivial Poursuit) entrent dans la composition de ce vin. Rendement de 10 à 12 hl/ha. Un nez de grande grenache évoluée et fondue A l'aération, retour sur la tension et l'amertume noble qui caractérisent les vins de ce domaine. Là encore, la finale est dominée par un côté "pierre à fusil" très agréable. Excellent.
.
Voilà, notre petit tour de près de 4 heures s'achève. Il est temps de regagner le domicile.
.
Croyez-vous que j'ai tenu ma promesse de ne rien acheter en 2013 ?
.
.
Bruno

2 commentaires:

Antoine LAURENT a dit…

Vu comme moi ca m'a donné envie de faire chauffer la carte bleue (chambolle et savennieres surtout), je ne comprends pas comment tu aurais pu résister...

D'ailleurs quand tu dis des prix sages pour les chambolle, on est dans quel ordre d'idée?

Merci en tout cas pour ce compte-rendu. J'ai soif maintenant...

Bobosse92 a dit…

22 € le Chambolle village et 35 € les premiers crus.

Amicalement

Bruno